Réal­isée par un radi­o­logue, la cimen­to­plas­tie con­siste à injecter sous con­trôle radio­scopique ou par scan­ner un agent liq­uide dans un os frag­ilisé ou frac­turé afin de soulager les douleurs osseuses du patient et/ou de prévenir une frac­ture. Dans le cas de l’in­jec­tion dans une vertèbre (le plus fréquent), on par­le de vertébro­plas­tie. Par­mi les indi­ca­tions de ce traite­ment, l’on trou­ve cer­taines frac­tures vertébrales, notam­ment celles liées à l’ostéo­porose rebelles aux traite­ments habituels, mais aus­si des frac­tures d’o­rig­ine trau­ma­tique, et les tumeurs du rachis. Jusqu’à 5 vertèbres peu­vent être traitées au cours d’une même inter­ven­tion.

Bien s’y préparer

La cimen­to­plas­tie / vertébro­plas­tie se fait tou­jours sous le con­trôle d’un anesthé­siste, qui procédera, en fonc­tion du nom­bre de vertèbres à traiter, à une anesthésie générale ou une séda­tion ; dans ce sec­ond cas, vous resterez éveil­lé sans ressen­tir la douleur.

Quelques jours avant votre inter­ven­tion : vous serez reçu en con­sul­ta­tion par le radi­o­logue et l’anesthé­siste. Si vous prenez un traite­ment anti­co­ag­u­lant ou anti­a­gré­gant, vous devrez le sig­naler aux médecins .

La veille et le matin même de l’in­ter­ven­tion : pensez à pren­dre une douche à la Béta­dine ®.

LA VERTÉBROPLASTIE NE PEUT ÊTRE RÉALISÉE EN CAS DE TROUBLE IMPORTANT DE LA COAGULATION OU D’INFECTION.

Avant l’examen

Le jour J, vous serez accueil­li dans votre ser­vice d’hos­pi­tal­i­sa­tion (unité de chirurgie ambu­la­toire, unité de chirurgie de courte durée ou ser­vice d’hos­pi­tal­i­sa­tion tra­di­tion­nelle). Un peu avant l’in­ter­ven­tion, une infir­mière vous pro­posera, si néces­saire, un médica­ment des­tiné à vous relax­er. Puis, selon le traite­ment prévu, l’anesthé­siste vous pren­dra en charge.

Selon le nom­bre de vertèbres à traiter, la vertébro­plas­tie dure de 30 min­utes à 2 heures, sous con­trôle radi­ologique. Vous serez allongé avec un coussin sous le ven­tre pour amélior­er votre con­fort et réduire la cam­brure de votre colonne.

LE JOUR J, VOUS SEREZ ACCUEILLI DANS VOTRE SERVICE D’HOSPITALISATION (UNITÉ DE CHIRURGIE AMBULATOIRE, UNITÉ DE CHIRURGIE DE COURTE DURÉE OU SERVICE D’HOSPITALISATION TRADITIONNELLE).
UN PEU AVANT L’INTERVENTION, UNE INFIRMIÈRE VOUS PROPOSERA, S1 NÉCESSAIRE, UN MÉDICAMENT DESTINÉ À VOUS RELAXER. PUIS, SELON LE TRAITEMENT PRÉVU, L’ANESTHÉSISTE VOUS PRENDRA EN CHARGE.

SELON LE NOMBRE DE VERTÈBRES À TRAITER, LA VERTÉBROPLASTIE DURE DE 30 MINUTES À 2 HEURES, SOUS CONTRÔLE RADIOLOGIQUE. VOUS SEREZ ALLONGÉ AVEC UN COUSSIN SOUS LE VENTRE POUR AMÉLIORER VOTRE CONFORT ET RÉDUIRE LA CAMBRURE DE VOTRE COLONNE.

Après votre inter­ven­tion, vous serez accom­pa­g­né en salle de sur­veil­lance post-inter­ven­tion­nelle. Le radi­o­logue vous expli­quera com­ment s’est passée votre vertébro­plas­tie et vous indi­quera com­bi­en de temps vous devrez rester allongé, quelques heures au min­i­mum. Un traite­ment antalgique vous sera admin­istré en cas de douleurs au point d’in­jec­tion. Votre sor­tie s’ef­fectuera le jour même ou le lende­main selon le nom­bre de vertèbres traitées.

Si vous avez eu une anesthésie générale et que vous sortez le jour même, vous devrez vous faire rac­com­pa­g­n­er par un proche et rester sous sa sur­veil­lance pen­dant une nuit. Compte tenu de l’ef­fi­cac­ité de ce traite­ment, vos douleurs auront con­sid­érable­ment dimin­ué en seule­ment quelques jours.

L’APPARITION D’UNE FAIBLESSE DES JAMBES OU UNE INCONTINENCE (PAR EXEMPLE UNE PERTE SPONTANÉE DES URINES) APPARAISSANT DANS LES 48 HEURES APRÈS VOTRE RETOUR À LA MAISON NÉCESSITE DE NOUS CONSULTER EN URGENCE, IL PEUT S’AGIR D’UNE COMPLICATION RARE DE LA PROCÉDURE.

Fiche d’information médi­cale rédigée pour l’hôpital Foch par La san­té surtout avec la col­lab­o­ra­tion du Dr Fab­rice Staub (radi­o­logue) et Mr Thier­ry Saint-Marc (cadre supérieur pôle anesthésie/réanimation).
Retour haut de page