Neuroradiologie interventionnelle

Informations pratiques

Les salles d’IRM et de scanner sont localisées au niveau – 4 (secteur orange). Le radiobloc est situé au niveau - 3 (secteur bleu).

Consultations

Dr Georges Rodesch : lundi après-midi
Dr Frederico Di Maria : mardi après-midi
Dr Oguzhan Coskun : mercredi après-midi
Dr Arturo Consoli : jeudi après-midi

Prendre rendez-vous

Pour programmer votre examen ou intervention, contactez le secrétariat médical du service concerné.

Neuroradiologie diagnostique
IRM - Scanner
Tél. : +33 1 46 25 25 38
E-mail : secretariat.imagerie@hopital-foch.com

Neuroradiologie interventionnelle 
Laurence Meyer
Tél. : +33 1 46 25 25 26
Fax : +33 1 46 25 26 93
E-mail : l.meyer@hopital-foch.com

Neuroradiologie interventionnelle

Technique de radio­logie consa­crée au système nerveux central (cerveau et moelle épinière), ainsi qu’à la région de la tête et du cou, la neuro­ra­dio­logie emprunte à l’imagerie géné­rale son alphabet (les machines : le scanner, l’IRM, l’angiographie…) pour parler le même langage que les neuros­ciences.

Participant aux centres d’excellence de l’Hôpital Foch (patho­lo­gies hypo­phy­saires, tumeurs de la base du crâne et du rachis, prise en charge de la maladie de Parkinson et de l’accident vascu­laire céré­bral…), le service de neuro­ra­dio­logie a égale­ment été désigné centre euro­péen de réfé­rence pour les patho­lo­gies vascu­laires du système nerveux central de l’adulte et de l’enfant. Dans ce cadre, le Dr Georges Rodesch, chef du service, prend en charge spéci­fi­que­ment les enfants au sein de la Fondation ophtal­mo­lo­gique Rothschild, parte­naire de l’Hôpital Foch.

Interview

Dr Georges Rodesch, chef du service neuro­ra­dio­logie.

« Tendre vers une prise en charge idéale et la plus équi­li­brée entre la haute tech­no­logie, la connais­sance médi­cale de pointe et l’humain. »

Qu’est-ce que la neuro­ra­dio­logie ?

Dr Georges Rodesch : Utilisant des tech­no­lo­gies de pointe, telles qu’IRM, scanner ou salle d’angiographie de très haut niveau, la neuro­ra­dio­logie permet d’approcher avec la préci­sion la plus parfaite l’anatomie du cerveau et de la moelle, et de traiter les patho­lo­gies qui y sont impli­quées. Sur ces moyens de haute tech­no­logie se greffent des connais­sances médi­cales égale­ment poin­tues, puisqu’elles embrassent large­ment des données de la neuro­chi­rurgie, de la neuro­logie, de l’ORL. Nous devons commu­ni­quer de la façon la plus précise possible avec nos inter­lo­cu­teurs clini­ciens (notam­ment les neuro­logues et neuro­chi­rur­giens), afin, d’une part, que nous ayons une compré­hen­sion immé­diate de leurs demandes et, d’autre part, que nos diag­nos­tics soient parfai­te­ment saisis par eux.
Représentant un support indis­pen­sable pour une meilleure prise en charge des patients, les excel­lents outils tech­no­lo­giques dont nous dispo­sons sont cepen­dant loin de remplacer notre savoir et notre expé­rience, qui restent essen­tiels. En ce qui concerne la neuro­ra­dio­logie inter­ven­tion­nelle, la salle d’angiographie ultra­mo­derne s’adjoint là aussi aux connais­sances cliniques du neuro­ra­dio­logue, lequel, en sus d’un geste pure­ment tech­nique, ajoute une consi­dé­ra­tion forte de l’humanité du malade. Au-delà du symp­tôme physique, nous tenons compte de la part psycho­lo­gique, qui inclut notam­ment le récon­fort du patient et la gestion de ses angoisses. La neuro­ra­dio­logie est une disci­pline à la croisée des moyens de pointe, d’un savoir médical exigeant, et d’une prise en charge du malade dans sa globa­lité.

Quelles sont les diffé­rentes prises en charge propo­sées par les deux parts, diag­nos­tique et inter­ven­tion­nelle, de votre disci­pline ?

Dr Georges Rodesch : Grâce à la neuro­ra­dio­logie diag­nos­tique, nous avons la possi­bi­lité de détecter et préciser, en utili­sant le scanner et l’IRM, les patho­lo­gies du cerveau, de la moelle, ainsi que de la tête et du cou. Notre équipe prend donc en charge tous les malades suspects de lésions de ce type adressés par les autres spécia­listes, afin de mettre en évidence les causes de leurs symp­tômes.
Pratiquée dans une salle d’angiographie, au sein du radio­bloc, la neuro­ra­dio­logie inter­ven­tion­nelle dispose de deux modes d’action. D’une part, par la tech­nique endo­vas­cu­laire, elle traite les patho­lo­gies et certaines affec­tions tumo­rales des vais­seaux, en décon­nec­tant ces lésions de la circu­la­tion géné­rale pour bloquer leur vascu­la­ri­sa­tion et les rendre ainsi non fonc­tion­nelles. Pour ce faire, le neuro­ra­dio­logue intro­duit de petits cathé­ters à l’intérieur des artères ou des veines, et les mène, sous contrôle radio­lo­gique, jusqu’à la cible. Utilisant d’autre part la voie percu­tanée, la neuro­ra­dio­logie inter­ven­tion­nelle prend prin­ci­pa­le­ment en charge les affec­tions dégé­né­ra­tives du rachis (hernies discales, verté­bro­plas­ties…) en ponc­tion­nant à travers la peau les lésions respon­sables des symp­tômes du patient.

Quelles inter­ven­tions peuvent se faire en ambu­la­toire ?

Dr Georges Rodesch : Toute la neuro­ra­dio­logie diag­nos­tique est réalisée en ambu­la­toire, puisqu’il s’agit d’examens prati­qués sur le plateau tech­nique. En inter­ven­tionnel, certains gestes simples, telles l’artériographie diag­nos­tique et la ponc­tion sclé­rose de malfor­ma­tions vascu­laires super­fi­cielles, sont aussi réali­sables en ambu­la­toire. En revanche, pour les autres actes, la neuro­ra­dio­logie inter­ven­tion­nelle inclut la plupart du temps une hospi­ta­li­sa­tion du patient.

Pouvez-vous nous présenter votre plateau tech­nique ?

Dr Georges Rodesch : Bénéficiant de machines de dernière géné­ra­tion (3 IRM et 2 scan­ners), la neuro­ra­dio­logie diag­nos­tique partage un plateau tech­nique ultra­mo­derne avec le service d’imagerie géné­rale. Au sein de notre radio­bloc de haute qualité, les neuro­ra­dio­logues inter­ven­tion­nels disposent d’une salle d’angiographie bi-plan, permet­tant d’obtenir des images très précises et d’apporter des pers­pec­tives nouvelles, notam­ment dans le soin des patho­lo­gies vascu­laires. L’agencement du radio­bloc est conçu à la fois pour faci­liter les échanges entre spécia­listes et pour placer le patient dans les meilleures condi­tions d’intervention possibles.

Équipe médicale

  • DrGeorgesRODESCHChef de service - Neuroradiologue, neuroradiologie interventionnelle
Rechercher
Generic filters
Exact matches only
Accès rapide
Retour haut de page