Cardiologie et Cardiologie interventionnelle

Informations pratiques

Le service de cardiologie est situé dans le Bâtiment Flursheim aux niveaux -1 et -2.

Consultations

Les con­sul­ta­tions ont lieu du lun­di au ven­dre­di.

Prendre rendez-vous

Pour prendre rendez-vous ou pour toute information complémentaire, contactez le secrétariat du service au 01 46 25 24 68 ou au 01 46 25 26 71 de 8h30 à 18h00 ou par mail : secretariat.cardiologie@hopital-foch.com

Il vous est également possible de programmer votre consultation via le site Doctolib.

Cardiologie et Cardiologie interventionnelle

La car­di­olo­gie est la spé­cial­ité médi­cale qui traite les mal­adies du cœur et des vais­seaux.

À l’Hôpital Foch, l’offre de soins du ser­vice de car­di­olo­gie s’articule autour de trois axes : con­sul­ta­tions, explo­rations et hos­pi­tal­i­sa­tions.

Consultations cardiologiques

Nos car­di­o­logues vous reçoivent pour des con­sul­ta­tions de car­di­olo­gie générale (traite­ment et suivi de l’hypertension artérielle, de l’insuffisance car­diaque, des mal­adies coro­n­aires…) et pour des con­sul­ta­tions de ryth­molo­gie (prise en charge des trou­bles du rythme car­diaque, sur­veil­lance des stim­u­la­teurs car­diaques…).

Explorations fonctionnelles

Cet axe regroupe les exa­m­ens visant à pos­er le diag­nos­tic des mal­adies car­diaques. Ces exa­m­ens ont le plus sou­vent recours à des tech­niques d’imagerie. Ces tech­niques sont de deux types :

 Techniques non invasives :
  • Échogra­phies transtho­racique, tran­sœ­sophagi­en­ne et de stress (effort et dobu­t­a­mine) ;
  • Épreuve d’effort ;
  • Holter ryth­mique ;
  • IRM cœur (mor­phologique et de stress).
Techniques invasives (nécessitant la ponction d’un vaisseau) :
  • Coro­naro­gra­phies et angio­plas­ties coro­n­aires ;
  • Explo­rations élec­tro­phys­i­ologiques.
Hospitalisations

Le ser­vice de car­di­olo­gie dis­pose de 18 lits con­ven­tion­nels (dont 4 en cham­bres indi­vidu­elles) et de 8 lits télémétrés (équipés d’une tech­nolo­gie per­me­t­tant la sur­veil­lance spé­ci­fique des patients car­diaques). En hôpi­tal de jour, 2 lits sont dédiés aux patients devant béné­fici­er d’actes ambu­la­toires, dont les coro­naro­gra­phies, angio­plas­ties coro­n­aires, explo­rations élec­tro­phys­i­ologiques, change­ments de boîti­er de pace­mak­er, pos­es de holter implantable.

Notre unité de soins inten­sifs de car­di­olo­gie (USIC) est équipée de 8 lits scopés (équipés d’un écran relié au patient par des élec­trodes, assur­ant le suivi per­ma­nent des paramètres vitaux) pour la prise en charge des urgences car­di­ologiques 24h/24, 365 jours par an, avec astreinte d’angioplastie coro­n­aire la nuit. Une équipe médi­cale dont un réan­i­ma­teur de garde veille, au sein même du ser­vice, à la per­ma­nence des soins.

Interview

Inter­view des Doc­teurs Franck Haz­iza, chef du ser­vice car­di­olo­gie et Hakim Benamer, chef du ser­vice car­di­olo­gie inter­ven­tion­nelle

Quelles sont les patholo­gies pris­es en charge par votre ser­vice ?

Dr Franck Haz­iza : Nous traitons de nom­breuses patholo­gies, notam­ment toutes les patholo­gies car­diaques et des vais­seaux, les mal­adies coro­n­aires (infarc­tus notam­ment), les mal­adies valvu­laires, les mal­adies du mus­cle car­diaque (car­diomy­opathies, insuff­i­sance car­diaque), les mal­adies du péri­carde, et, enfin, les patholo­gies throm­bo-emboliques (phlébites, embolies pul­monaires), mais aus­si les trou­bles du rythme, trou­bles con­duc­tifs.

Depuis peu, vous pro­posez un traite­ment du fora­men ovale per­méable par une procé­dure micro-inva­sive. En quoi con­siste cette nou­velle activ­ité de car­di­olo­gie inter­ven­tion­nelle ?

Dr Hakim Benamer : Le fora­men ovale, un ori­fice embry­on­naire situé entre les deux oreil­lettes car­diaques, reste par­fois per­méable, il est alors appelé fora­men ovale per­méable (FOP). Sa présence est sou­vent sans grav­ité, mais dans cer­taines cir­con­stances, il est asso­cié à la sur­v­enue d’un AVC. Quand c’est la seule cause poten­tielle retrou­vée, il est con­seil­lé de la fer­mer pour éviter les récidives.
Dans un pre­mier temps, nous util­isons l’échographie transtho­racique et tran­soe­sophagi­en­ne pour diag­nos­ti­quer facile­ment le FOP et tester sa per­méa­bil­ité avec une épreuve de microb­ulles. Si néces­saire, nous pou­vons opter pour la fer­me­ture per­cu­tanée, qui se déroule en salle de cathétérisme car­diaque sous anesthésie générale. Elle con­siste à insér­er, par le pli de l’aine (veine fémorale), un petit tube (cathéter) qui per­met de remon­ter dans la veine cave jusqu’au site con­cerné dans le cœur et de traiter alors le FOP en y implan­tant une pro­thèse de part et d’autre de la cloi­son inter­au­ric­u­laire. Cet acte inter­ven­tion­nel, très peu risqué, per­met une sor­tie de l’hôpital dès le lende­main.

Com­ment s’organisent les journées dans le ser­vice car­di­olo­gie ?

Dr Franck Haz­iza : Les journées com­men­cent par une réu­nion quo­ti­di­enne à 9 heures à laque­lle par­ticipent les médecins séniors, les internes du ser­vice, les infir­mières, le sur­veil­lant et l’assistante sociale. Chaque patient est présen­té et fait l’objet d’une dis­cus­sion. A la fin de cette réu­nion, l’équipe médi­cale com­mence la vis­ite des patients en cham­bre. C’est à l’issue de cette vis­ite que les sor­ties du jour sont validées. Par­al­lèle­ment, les explo­rations se déroulent tout au long de la journée. En début d’après-midi, les entrants dont l’hospitalisation est pro­gram­mée sont accueil­lis dans le ser­vice, à l’exception des patients ambu­la­toires, qui arrivent le matin. Vers 18h, l’équipe se réu­nit à nou­veau pour faire le point sur la journée. Par ailleurs, les patients dont l’état le néces­site peu­vent à tout moment être hos­pi­tal­isées dans le ser­vice ou dans l’unité de soins inten­sifs car­di­ologiques. Tout au long de la journée, infir­miers et aides-soignants assurent la sur­veil­lance et veil­lent, en coor­di­na­tion avec les médecins, aux besoins des patients. Enfin, chaque mar­di après-midi a lieu une réu­nion de con­cer­ta­tion médic­ochirur­gi­cale où sont dis­cutés les dossiers com­plex­es.

Quelle est la prise en charge inter­ven­tion­nelle des vic­times d’infarctus du myocarde ?

Dr Hakim Benamer : Les patients sont le plus sou­vent adressés par SAMU, mais par­fois ils vont directe­ment aux urgences. Dès l’arrivée du patient, un car­di­o­logue inter­ven­tion­nel (une astreinte est assurée 24h/24 et 365j/an) le prend en charge en salle de cathétérisme car­diaque et débouche par voie endovas­cu­laire, l’artère respon­s­able de l’infarctus. Le malade est ensuite sur­veil­lé en unité de soins inten­sifs car­di­ologiques (USIC). Une réou­ver­ture de la coro­n­aire rapi­de per­met de réduire les séquelles et ain­si d’améliorer la survie des patients. Il est donc impor­tant de réduire les délais au max­i­mum, avec une prise en charge spé­ci­fique. L’idéal étant d’intervenir dans les 3 h après le début de la douleur et au plus tard dans les 6 h.

Dans quel sens la car­di­olo­gie va-t-elle évoluer ces prochaines années, selon vous ?

Dr Franck Haz­iza : La durée de l’hospitalisation glob­ale rac­courcit du fait du recours de plus en plus fréquent aux modes alter­nat­ifs de prise en charge, dont l’ambulatoire. L’évolution tend aus­si vers le développe­ment de la télémédecine (télé­con­sul­ta­tion), de la télé-exper­tise (échanges et con­seils entre experts médi­caux autour du diag­nos­tic et/ou du traite­ment d’un patient), du télé­mon­i­tor­ing (objets con­nec­tés), ou encore de la médecine pré­dic­tive (via l’intelligence arti­fi­cielle).

Dr Hakim Benamer : L’avenir de la car­di­olo­gie inter­ven­tion­nelle sera mar­qué par le recours de plus en plus fréquent aux tech­niques inter­ven­tion­nelles struc­turelles, qui sont de vraies alter­na­tives aux traite­ments chirur­gi­caux pour les valvu­lopathies, à savoir les rem­place­ments valvu­laires per­cu­tanés (TAVI), pose de Mitr­a­Clip® et annu­lo­plas­ties tri­cus­pi­des. La ryth­molo­gie inter­ven­tion­nelle (abla­tion des trou­bles du rythme) va con­tin­uer à pro­gress­er. L’imagerie pour­suit aus­si son développe­ment. À l’Hôpital Foch, le plateau tech­nique est à la pointe du pro­grès, avec notam­ment 3 IRM (plusieurs vaca­tions d’IRM car­diaques dédiées) et bien­tôt 3 scan­ners, tan­dis que nous béné­fi­cions depuis peu d’une 3e salle d’échographie car­diaque afin de sat­is­faire au mieux les deman­des, internes comme externes.

Équipe médicale

  • DrFranckHAZIZAChef de service - Cardiologie, explorations cardiologiques
  • DrHakimBENAMERChef de service - USIC, Cardiologie interventionnelle
Accès rapide
Retour haut de page