Si vous devez pass­er une nuit a min­i­ma à l’hôpi­tal, on par­le d’hos­pi­tal­i­sa­tion con­ven­tion­nelle ( (ou encore hos­pi­tal­i­sa­tion à temps plein ou hos­pi­tal­i­sa­tion com­plète).
Cela sig­ni­fie que le patient est hébergé à l’Hôpital Foch et instal­lé physique­ment dans un lit.

VOTRE PRÉ-ADMISSION

La pré-admis­sion s’effectue au rez-de-chaussée où les agents d’accueil reçoivent le pub­lic du lun­di au ven­dre­di de 7h30 à 17h30 et le same­di de 8h30 à 16h30.

Lors de cette démarche, il faut se munir des doc­u­ments suiv­ants :

  • pièce d’identité (carte d’identité, passe­port ou titre de séjour)
  • carte d’assuré social (carte vitale ou attes­ta­tion)
  • carte de mutuelle ou prise en charge diverse.

En l’absence de cou­ver­ture sociale et/ou de com­plé­men­taire san­té, con­tactez l’assistante sociale. En savoir plus sur le ser­vice Social des Malades.

Vos questions, nos réponses

Est-ce que les soins prodigués à l’Hôpital Foch sont pris en charge par la sécu­rité sociale ?

“Oui, absol­u­ment ! La prise en charge des soins prodigués à Foch est iden­tique à celle d’un hôpi­tal pub­lic.
Nos ser­vices se char­gent d’effectuer à votre place toutes les for­mal­ités de prise en charge de la sécu­rité sociale.
En revanche, il vous sera demandé de pren­dre con­tact avec votre mutuelle pour con­naître les con­di­tions de finance­ment de votre séjour, pour la part non prise en charge par l’assurance mal­adie.”

Quels sont les frais réelle­ment à ma charge ?

“Comme pour la plu­part des soins médi­caux, le taux de rem­bourse­ment dépend de votre assur­ance san­té. Pour éviter d’avancer les frais non pris en charge par la sécu­rité sociale, nous vous con­seil­lons de prévenir votre mutuelle avant votre hos­pi­tal­i­sa­tion.”

Vos équipes peu­vent-elles m’aider ou me con­seiller sur mes droits soci­aux ?

“Tout au long de votre séjour, l’assistante sociale, en coor­di­na­tion avec les équipes médi­cales et soignantes, peut vous éclair­er sur vos droits soci­aux. Elle est habil­itée à effectuer pour vous, le cas échéant, les démarch­es néces­saires (auprès de la sécu­rité sociale, la Caisse d’Allocations
Famil­iales …).”

Cas par­ti­c­uliers

Si vous résidez hors Ile-de-France, vous devez adress­er, avant votre hos­pi­tal­i­sa­tion, une demande d’entente préal­able pour votre prise en charge à votre cen­tre de sécu­rité sociale.
Si vous êtes ressor­tis­sant de l’Union européenne, vous devrez com­pléter le for­mu­laire E112 et votre prise en charge doit être validée par le Cen­tre des Rela­tions Inter­na­tionales.

Je suis mineur et je dois être hos­pi­tal­isé, existe-t-il des pré­cau­tions par­ti­c­ulières d’admission ?

“Si vous êtes mineur ou majeur pro­tégé, votre représen­tant légal (muni d’une pièce d’identité) doit être présent lors de votre admis­sion et de votre sor­tie. Il devra sign­er une autori­sa­tion d’opérer, remise au médecin con­cerné.”

Com­ment cela se passe pour les per­son­nes dont les capac­ités physiques ou men­tales ren­dent toute démarche admin­is­tra­tive impos­si­ble ?

“Dans le cas où l’altération des fac­ultés men­tales ou cor­porelles met une per­son­ne dans l’impossibilité de pour­voir seule à ses intérêts, des mesures de pro­tec­tion peu­vent être mise en œuvre, con­for­mé­ment à la lég­is­la­tion applic­a­ble pour la pro­tec­tion des inca­pables majeurs.
Sur demande de votre médecin ou de l’un de vos proches, le Ser­vice Social con­tac­tera le juge des tutelles qui, seul, décidera d’une mise sous pro­tec­tion (tutelle, curatelle…).”

EN SAVOIR PLUS

Si l’on est amené à pass­er une ou plusieurs nuits à l’hôpital, une cham­bre par­ti­c­ulière sera pro­posée lors de la pré-admis­sion. Il est préférable de se ren­seign­er en amont, auprès de sa mutuelle sur les con­di­tions de prise en charge de cette presta­tion.


Votre séjour à l’hôpital

Voici le panora­ma de ce qui com­pose et rythme la vie quo­ti­di­enne d’un patient à Foch, en dehors des soins et des traite­ments.

Lors de votre séjour à l’Hôpital Foch, nos équipes s’efforcent d’assurer une prise en charge la plus con­fort­able pos­si­ble.

Les repas

Nous nous efforçons de pro­pos­er des menus adap­tés aux goûts du patient. Si son état de san­té le néces­site, nos diététi­ci­ennes com­posent des régimes spé­ci­fiques con­for­mé­ment aux pre­scrip­tions médi­cales.

Chaque matin, un agent hôte­lier pro­posera plusieurs menus et pren­dra la com­mande pour les repas du jour.

Les bois­sons alcoolisées ne sont pas autorisées dans l’Hôpital.

Quels sont les horaires de ser­vice ?

  • Petit déje­uner : 8 heures
  • Déje­uner : 12 heures
  • Dîn­er : 18 heures 45
  • Un goûter peut être pro­posé, il sera fac­turé.

Le téléphone

Toutes nos cham­bres sont équipées de postes télé­phoniques per­me­t­tant de recevoir les appels. Pour émet­tre des appels vers l’extérieur, il faut deman­der le branche­ment de la ligne au kiosque (bou­tique) de l’hôpi­tal, lors de votre arrivée.

La télévision

Chaque cham­bre dis­pose d’un poste de télévi­sion couleur ; le rac­corde­ment (payant) au réseau de chaînes français­es et européennes s’effectue au kiosque (bou­tique), situé dans la rotonde du RDC.

L’internet

La con­nex­ion à inter­net en haut débit illim­ité est acces­si­ble depuis la plu­part des cham­bres de l’établissement. Il suf­fit de se con­necter via votre télé­phone portable ou votre ordi­na­teur en suiv­ant les infor­ma­tions dans le fly­er ci-joint.

L’espace loisirs

L’équipe de l’espace loisirs pro­pose aux patients hos­pi­tal­isés des activ­ités divers­es : sculp­ture, pein­ture, dessin, jeux de société, alphabéti­sa­tion, aide au cour­ri­er ou rédac­tion de CV et même des cours de français ou math­é­ma­tiques avec des pro­fesseurs qual­i­fiés.

Pour ceux qui sont dans l’impossibilité de se déplac­er, notre équipe vien­dra à leur ren­con­tre.

L’espace détente

Un kiosque à jour­naux, quelques dis­trib­u­teurs de bois­sons, sont disponibles à la rotonde au  RDC, au niveau des ascenseurs. Cafétéria et ter­rass­es sont égale­ment à la dis­po­si­tion des patients.

Jardin Gregory LEMARCHAL

Un jardin pour les patients a été inau­guré avec le con­cours de l’Association Gré­go­ry Lemar­chal. Les patients peu­vent y accéder par le secteur jaune de l’Hôpital et l’ascenseur au fond du couloir (niveau ‑4). Le jardin est ouvert de 9h00 à 21h00. Pour le bien être de tous les patients ce jardin a été conçu avec des plantes non aller­gisantes et est un jardin non fumeurs.

Le service confort

Un soin du vis­age ou des ongles, une nou­velle coupe de cheveux sont des soins de con­fort pro­posés par des pro­fes­sion­nels.

Ils se dépla­cent jusque dans les cham­bres, sur ren­dez-vous, chaque jour de la semaine. Les coor­don­nées sont pré­cisées sur le livret d’accueil.

Le courrier

Le cour­ri­er est dis­tribué chaque jour aux patients. Une boîte aux let­tres est mise à leur dis­po­si­tion à chaque étage.

Le distributeur de billets

Un dis­trib­u­teur de bil­let est à la dis­po­si­tion de tous à l’extérieur du bâti­ment prin­ci­pal, sor­tie côté gare Suresnes Mont-Valérien.

Taxi

Une sta­tion de taxi est située juste devant l’entrée de l’Hôpital. Pour la join­dre, il faut com­pos­er le 
01 42 04 40 04.

L’hôtesse d’accueil peut égale­ment réserv­er une course si aucun taxi n’est disponible.

La religion

Un mem­bre de l’équipe soignante peut, sur demande, faire venir un min­istre du culte de la reli­gion de l’hospitalisé, ou un mem­bre d’une aumôner­ie. Il est égale­ment pos­si­ble de les con­tac­ter directe­ment :

  • Aumôner­ie Catholique (E. De Bar­mon et C.Moenne-Locoz) : 01 46 25 22 50
  • Aumôner­ie Musul­man (I.AZIZI) : 06 34 31 60 27
  • Aumôner­ie Israélite (Rab­bin O  Men­achem) : 06 26 68 42 58
  • Eglise Angli­cane : 01 45 06 51 03
  • Eglise Ortho­doxe : 06 62 65 75 04
  • Eglise Protes­tante Luthéri­enne de Suresnes : 01 45 06 15 97
  • Eglise Réfor­mée de Saint-Cloud : 01 47 71 83 92.

PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR

Qu’elle soit aiguë ou chronique, con­séc­u­tive à une affec­tion médi­cale ou chirur­gi­cale, can­céreuse ou non, la prise en charge de la douleur est une préoc­cu­pa­tion quo­ti­di­enne de tous les acteurs de soins de l’Hôpital.

La douleur ne doit plus être considérée comme inévitable lors de l’évolution d’une maladie et en particulier lors d’une hospitalisation.

Comment traiter la douleur ?

L’évaluation de la douleur est oblig­a­toire et répétée au cours de toute hos­pi­tal­i­sa­tion et du suivi des patients. L’administration de médica­ments adap­tés, appelés antalgiques est le pre­mier volet du traite­ment de la douleur. Ils peu­vent être asso­ciés et admin­istrés sous dif­férentes formes. Des thérapeu­tiques com­plé­men­taires (hyp­nose, relax­ation, auricu­lothérapie, neu­rostim­u­la­tion élec­trique tran­scu­tanée) sont asso­ciées en fonc­tion de l’évaluation ini­tiale et du suivi.

Dans chaque ser­vice de l’Hôpital, un référent médi­cal et un référent paramédi­cal tra­vail­lent en col­lab­o­ra­tion avec l’Unité de Coor­di­na­tion Douleur (UCD).

Au quo­ti­di­en dans les ser­vices, le traite­ment de la douleur repose sur des pro­to­coles écrits : douleur postopéra­toire, douleur aux urgences, douleur provo­quée par les soins. Ces pro­to­coles per­me­t­tent la mise en route immé­di­ate d’un traite­ment effi­cace par les équipes soignantes.

Vous souffrez de douleur chronique ?

Vous pou­vez en par­ler lors de con­sul­ta­tions douleur. Nos équipes sauront vous écouter et vous ras­sur­er.

Des con­sul­ta­tions douleur peu­vent vous être pro­posées si vous êtes hos­pi­tal­isés ou suiv­is à l’Hôpital Foch. Votre médecin trai­tant peut égale­ment vous adress­er à la con­sul­ta­tion douleur en externe.

Ces con­sul­ta­tions s’adressent à des patients souf­frant de douleurs chroniques (>3 mois) et ne répon­dant pas aux traite­ments habituels.

Com­ment pren­dre un ren­dez vous ?

Les con­sul­ta­tions médi­cales ont lieu exclu­sive­ment sur ren­dez vous soit par mail ou par télé­phone :

Par télé­phone de 10h à 12h unique­ment au poste : 01 46 25 24 26
Par mail : secretariat.clud@hopital-foch.com

Pour obtenir un RDV vous devez impéra­tive­ment fournir un cour­ri­er de votre médecin référent pré­cisant votre sit­u­a­tion clin­ique et les thérapeu­tiques déjà suiv­ies.

Afin d’orienter votre prise en charge, un ques­tion­naire d’évaluation sera envoyé à votre domi­cile, vous devrez le rem­plir et l’apporter lors de votre 1ère vis­ite.
Un des médecins de l’unité réalis­era une éval­u­a­tion lors de cette pre­mière con­sul­ta­tion et vous pro­posera dif­férents types de prise en charge. Le suivi sera réal­isé ensuite en col­lab­o­ra­tion avec votre médecin référent.

Dif­férentes thérapeu­tiques sont pra­tiquées par les médecins, psy­cho­logues et infir­miers qui exer­cent au sein de l’unité douleur : des tech­niques inter­ven­tion­nelles ( stim­u­la­tion médul­laire), des traite­ments médica­menteux mais aus­si des thérapeu­tiques com­plé­men­taires : neu­rostim­u­la­tion tran­scu­tanée (TENS), auricu­lothérapie, acupunc­ture, hyp­nose, sophrolo­gie et relax­ation.

LES EQUIPES

La prise en charge est assurée 24 heures sur 24 par des équipes pluridis­ci­plinaires. Leur rôle : soign­er et apporter leur sou­tien.

Le médecin

C’est lui qui coor­donne l’hospitalisation, assure le suivi diag­nos­tic et thérapeu­tique et reste disponible sur ren­dez-vous pour toute demande d’information médi­cale.

L’équipe soignante

Le cadre de san­té a la respon­s­abil­ité des soins dis­pen­sés dans un souci con­stant de qual­ité.

Les infirmier(e)s de jour et de nuit par­ticipent avec les médecins à l’évaluation des prob­lèmes de san­té et effectuent les soins.

Les aides-soignant(e)s aident et dis­pensent les soins d’hygiène et de con­fort.

Les bran­car­diers accom­pa­g­nent le malade pour les con­sul­ta­tions et exa­m­ens en dehors du ser­vice.

La diététi­ci­enne et le kinésithérapeute inter­vi­en­nent sur pre­scrip­tion médi­cale.

L’équipe hôtelière

Son rôle con­siste à assur­er l’entretien des locaux et le ser­vice des repas.

L’assistante sociale

Rat­tachée au ser­vice, en col­lab­o­ra­tion avec l’équipe médi­cale et soignante, elle écoute, aide à la sauve­g­arde des droits de l’hospitalisé, à rechercher des solu­tions et à trou­ver des répons­es adap­tées à sa sit­u­a­tion. Il est pos­si­ble de deman­der à la ren­con­tr­er par l’intermédiaire de la sur­veil­lante du ser­vice.

Les psychologues

Au cours d’une mal­adie, un sou­tien ou des con­seils sont par­fois néces­saires. Il est con­seil­lé de deman­der l’aide des psy­cho­logues de l’Hôpital. Infor­ma­tions et ren­seigne­ments disponibles auprès de l’équipe soignante.

Le secrétariat

Tous les aspects médi­co-admin­is­trat­ifs de l’hospitalisation con­cer­nent le secré­tari­at : compte–rendus des con­sul­ta­tions et des hos­pi­tal­i­sa­tions, remise des cer­ti­fi­cats médi­caux, organ­i­sa­tion de ren­dez-vous.

CONSEILS ET CONSIGNES


Interdiction de fumer dans l’hôpital

L’Hôpital Foch fait par­tie du réseau « Hôpi­tal sans tabac ». Comme dans tous les lieux accueil­lant du pub­lic, il est formelle­ment inter­dit de fumer dans l’enceinte de l’établissement. Cette oblig­a­tion est ren­for­cée dans les cham­bres.

La sécurité

Le poste cen­tral de sécu­rité incendie est situé au niveau A, une équipe d’agents qual­i­fiés veille sur la sécu­rité de cha­cun, 24h / 24 et en par­ti­c­uli­er au bon fonc­tion­nement de tous les moyens tech­niques de lutte con­tre l’incendie.

Des con­signes de sécu­rité et des plans d’évacuation sont affichés dans les couloirs. Ils rap­pel­lent :

  • les mesures de préven­tion,
  • la con­duite à tenir en cas de début d’incendie,
  • les règles d’évacuation et les chem­ine­ments,
  • l’emplacement des moyens de lutte con­tre l’incendie.
  • Nous con­seil­lons d’en pren­dre con­nais­sance et de les respecter.

L’hygiène

Nous deman­dons aux patients et aux vis­i­teurs de respecter les règles con­cer­nant l’hygiène. Nous recom­man­dons ain­si de :

  • main­tenir une bonne hygiène cor­porelle et une tenue pro­pre,
  • se laver fréquem­ment les mains,
  • ne pas fumer,
  • ne pas stock­er de nour­ri­t­ure,
  • élim­in­er les déchets dans la poubelle de la cham­bre,
  • deman­der aux vis­i­teurs de ne pas s’asseoir sur le lit.

Les par­ents comme les enfants doivent éviter de ren­dre vis­ite à un proche s’ils sont por­teurs d’une mal­adie con­tagieuse (grippe, vari­celle, rubéole …).

ACCUEILLIR VOS PROCHES

Pour la plu­part des patients hos­pi­tal­isés à Foch, les vis­ites sont autorisées tous les jours, de 13 heures à 20 heures. Toute­fois, selon l’état de san­té de l’hospitalisé, cer­tains ser­vices peu­vent être con­traints de délivr­er des autori­sa­tions par­ti­c­ulières.

Chaque patient est libre d’accepter ou de refuser les vis­ites, notam­ment de cer­taines per­son­nes qu’il ne désire pas recevoir.

Selon les cir­con­stances et sous con­di­tion, un lit peut être mis à la dis­po­si­tion de l’un des proches pour la nuit.

  • Hos­pi­tal­i­sa­tion en cham­bre par­ti­c­ulière : la mise à dis­po­si­tion d’un lit d’accompagnant est pos­si­ble en con­trepar­tie de la fac­tura­tion d’un sup­plé­ment. L’accompagnant doit être majeur.
  • Hos­pi­tal­i­sa­tion en cham­bre à 2 lits : pour des raisons de con­fi­den­tial­ité, de respect d’intimité et de sécu­rité, la mise à dis­po­si­tion de lit d’accompagnant n’est pas pos­si­ble en cas d’hospitalisation de patients adultes. A titre excep­tion­nel, pour les enfants âgés de moins de 15 ans, la mise à dis­po­si­tion de lit d’accompagnant pour un par­ent est autorisée.

Il existe égale­ment des struc­tures hôtelières à Suresnes et dans les envi­rons de l’Hôpital.

L’Hôpital Foch offre égale­ment la pos­si­bil­ité pour les proches des patients et leur famille d’être hébergés dans la « mai­son des par­ents » située à quelques pas de l’Hôpital.

VOTRE SORTIE

La sor­tie est pronon­cée sur avis médi­cal.

La sor­tie est organ­isée par le ser­vice en fonc­tion de l’état de san­té du patient. Dans tous les cas, notre per­son­nel médi­cal four­nit l’aide néces­saire dans ces démarch­es afin d’organiser un départ dans les meilleures con­di­tions.

Pour ceux qui souhait­eraient sor­tir con­tre l’avis des médecins, la sig­na­ture d’une attes­ta­tion de sor­tie con­tre avis médi­cal est oblig­a­toire, après que le médecin ait pris le soin d’informer des risques encou­rus.

Retour haut de page