Médecine physique et réadaptation

Infor­ma­tion reprise d’ac­tiv­ité

Les con­sul­ta­tions repren­nent pour la MPR et la rhu­ma­tolo­gie en fonc­tion des places disponibles.

Pour pren­dre ren­dez-vous, con­tac­ter le 
01 46 25 22 56 ou sur Doc­tolib.

Informations pratiques

Le service de médecine physique et réadaptation est situé au 1er étage du bâtiment Flursheim, secteur jaune.

Consultations

Les con­sul­ta­tions ont lieu sur ren­dez-vous, tous les jours du lun­di au ven­dre­di, excep­té le ven­dre­di après-midi.

Prendre rendez-vous

Vous pouvez vous rendre sur Doctolib ou contacter le service des rendez-vous au 01 46 25 25 25 pour programmer votre venue.

Médecine physique et réadaptation

Service de médecine physique et de réadaptation

Le ser­vice de médecine physique, de réadap­ta­tion et de trau­ma­tolo­gie du sportif de l’Hôpital Foch prend en charge tous les prob­lèmes liés à la loco­mo­tion, c’est-à-dire la capac­ité à se mou­voir, à se met­tre debout et à marcher. Ces prob­lèmes sont inhérents soit à des patholo­gies ostéo-artic­u­laires touchant l’os, l’articulation, le ten­don ou le mus­cle, soit aux mal­adies de la séden­tar­ité (obésité, hyper­ten­sion, dia­bète, cholestérol).

Activ­ité trans­ver­sale à l’Hôpital Foch, la mis­sion du ser­vice est d’apporter des solu­tions aux patients selon leurs besoins, pour amélior­er ou main­tenir leur loco­mo­tion, et par là même préserv­er autant que pos­si­ble leur autonomie.

Interview

Dr Nico­las Barizien, chef de ser­vice de médecine physique et de réadap­ta­tion.

Via la fil­ière préha­bil­i­ta­tion et réha­bil­i­ta­tion, vous pro­posez désor­mais au sein du ser­vice le recon­di­tion­nement à l’effort. De quoi s’agit-il ?

Dr Nico­las Barizien : Nous avons importé cette thérapeu­tique en plein développe­ment du Cana­da et de fait, avons été les pre­miers à l’utiliser en France. Nous pra­tiquons ce recon­di­tion­nement à l’effort dans plusieurs cas, par exem­ple pour les malades atteints d’un can­cer néces­si­tant une chirurgie ou pour des patients âgés avant une inter­ven­tion. Dans cer­taines de ces sit­u­a­tions, la patholo­gie elle-même ou le traite­ment (chirurgie, chimio­thérapie, radio­thérapie) provo­quent une fonte du mus­cle. Or la lit­téra­ture médi­cale mon­tre que con­serv­er une activ­ité physique et donc du mus­cle est effi­cace et est directe­ment cor­roboré à un fac­teur de survie. Le pro­gramme que nous avons dévelop­pé per­met d’entretenir la masse mus­cu­laire avant un traite­ment impac­tant. Au préal­able, nous éval­u­ons les patients sur le plan physique, nutri­tion­nel et psy­chologique puis nous leur don­nons une série d’exercices à réalis­er à leur domi­cile avant l’intervention chirur­gi­cale. Après l’opération, nous exam­inons à nou­veau les malades pour con­trôler leur vitesse de récupéra­tion fonc­tion­nelle, c’est-à-dire l’aptitude à se déplac­er, à se mou­voir, à mon­ter un escalier, à être autonomes chez eux.

Que met­tez-vous en place pour que les patients âgés n’aient pas de perte d’autonomie lors de leur hos­pi­tal­i­sa­tion ?

Dr Nico­las Barizien : Préserv­er l’autonomie de nos patients est effec­tive­ment l’une de nos pri­or­ités. Pour cela, nous tra­vail­lons con­join­te­ment avec le ser­vice géri­a­trie pour que ces malades, sou­vent alités, per­dent le moins pos­si­ble de mus­cle et de fonc­tion. Aus­si, les kinésithérapeutes du ser­vice se ren­dent en géri­a­trie pour mobilis­er les patients et entretenir leur autonomie le plus rapi­de­ment pos­si­ble, dans le but de per­me­t­tre un retour à domi­cile ou un pas­sage en mai­son de con­va­les­cence dans les meilleures con­di­tions. De même, nous inci­tons les patients suiv­is à l’Hôpital Foch pour un dia­bète sévère et des comor­bid­ités asso­ciées (hyper­ten­sion, sur­poids, voire dif­fi­cultés à se mou­voir) à une remise à l’activité physique, ce qui s’avère aus­si effi­cace qu’un traite­ment médica­menteux dans ce cas. En out­re, nous leur pro­posons des séances de retour à l’effort au sein de l’hôpital, encadrées par un édu­ca­teur sportif spé­cial­isé. Mis en place dans le but de redonner le goût de l’effort, ces entraîne­ments per­me­t­tent sec­ondaire­ment de recom­mencer à pra­ti­quer la marche ou même de s’inscrire dans un club sportif où les patients pour­ront s’adonner à une activ­ité adap­tée à leur con­di­tion physique.

En quoi con­siste votre accom­pa­g­ne­ment des patients, tant sur le « sport san­té » que sur la san­té du sportif ?

Dr Nico­las Barizien : Nous avons inau­guré en 2019 le CEMSOP (cen­tre d’expertise médi­co-sportif de l’ouest parisien) dans le but d’améliorer la qual­ité de vie des patients atteints de mal­adies chroniques en les sen­si­bil­isant au rôle du sport pour leur san­té. Nous leur pro­posons des pro­grammes indi­vid­u­al­isés et totale­ment adap­tés à leur cas. La mis­sion du CEMSOP est d’allier la san­té et le sport, soit en vue d’améliorer la san­té par le sport, soit dans l’objectif de main­tenir la bonne san­té du sportif. L’accompagnement médi­cal d’une pré­pa­ra­tion en vue d’une com­péti­tion sportive per­met d’éviter les blessures et d’attendre son objec­tif. Un des rôles du CEMSOP étant aus­si de dévelop­per des parte­nar­i­ats avec des clubs sportifs, nous avons signé une con­ven­tion avec le cam­pus du Rug­by Club de Suresnes. Dans ce cadre, les jeunes sportifs du club vien­nent à l’Hôpital Foch pour des soins, des con­sul­ta­tions d’expertise, des exa­m­ens en vue d’un diag­nos­tic, ou encore une réé­d­u­ca­tion sur place en cas de blessure. De plus, pour que le recon­di­tion­nement à l’effort dans les patholo­gies chroniques soit opti­mal, nous tra­vail­lons en rela­tion avec la mairie de Suresnes pour met­tre en place un retour à l’activité physique effi­cace et durable, en col­lab­o­ra­tion avec d’autres clubs sportifs de la ville. La remise au sport au sein de l’hôpital est une péri­ode inter­mé­di­aire avant l’inscription des patients dans une sec­tion sport san­té d’un club sportif (marche nordique, pilates, gym­nas­tique douce…).

Com­ment fonc­tionne votre ser­vice ?

Dr Nico­las Barizien : Une part de notre activ­ité, le recon­di­tion­nement à l’effort, est pro­posée en hôpi­tal de jour. Nous recevons égale­ment un grand nom­bre de patients en con­sul­ta­tion externe, pour la prise en charge de toutes les patholo­gies de l’appareil moteur, ostéo-artic­u­laires notam­ment les sco­l­ios­es de l’adulte, les lom­bal­gies postopéra­toires, l’ostéoporose, les mal­adies rhu­ma­tismales…
Nous tra­vail­lons de manière trans­ver­sale avec les dif­férents ser­vices de l’hôpital (urgences, neu­rochirurgie, prise en charge de la douleur, suivi post-greffe, géri­a­trie, dia­bé­tolo­gie, oncolo­gie…), lesquels nous envoient leurs patients ren­con­trant un prob­lème loco­mo­teur. Le ser­vice de neu­rochirurgie nous adresse régulière­ment des malades pour un suivi postopéra­toire opti­mal ou pour une éval­u­a­tion com­plète. Nous par­ticipons à la prise en charge mul­ti­dis­ci­plinaire du mal de dos avant la con­sul­ta­tion de ges­tion de la douleur. Enfin, nous nous occupons égale­ment de la réha­bil­i­ta­tion des patients insuff­isants res­pi­ra­toires de l’hôpital. Ils béné­fi­cient d’une réé­d­u­ca­tion et d’un recon­di­tion­nement à l’effort encadré par des kinésithérapeutes spé­cial­isés.

Équipe médicale

  • DrNicolasBARIZIENChef de service - Médecine Physique et Réadaptation, Médecine du sport et Sport Santé, Pathologie Rachidiennes et troubles statiques
Rechercher
Generic filters
Exact matches only
Accès rapide
Retour haut de page