Neurochirurgie

Informations pratiques

Le service de neurochirurgie dispose de 40 lits et se trouve au 5e étage du bâtiment principal, secteur bleu, ailes ouest et sud.

Consultations

Les consul­ta­tions ont lieu le mardi, jeudi et vendredi.

Prendre rendez-vous

Pour toute demande de consultation, merci de bien vouloir contacter directement les secrétaires de neurochirurgie.

• Dr Stephan Gaillard
Tél. 01 46 25 25 94 - E-mail : c.coelho@hopital-foch.org

• Dr Bertrand Baussart
Tél. 01 46 25 19 89 - E-mail : l.burel@hopital-foch.org

• Dr Horodyckid Catherine
Tél. 01 46 25 28 49 - E-mail : r.vertueux@hopital-foch.org

• Dr Etienne Mireau
Tél. 01 46 25 24 54 - E-mail : f.mermin@hopital-foch.org

• Dr Naoufel Ouerchefani
Tél. 01 46 25 35 54 - E-mail : s.ferry@hopital-foch.org

• Dr Vincent Reina
Tél. 01 46 25 24 54 - E-mail : f.mermin@hopital-foch.org

Neurochirurgie

Service de neurochirurgie

Au sein du pôle de neuros­ciences, aux côtés de la neuro­logie et de la neuro­ra­dio­logie, la neuro­chi­rurgie est la spécia­lité consa­crée aux opéra­tions du système nerveux central (cerveau et moelle épinière) et du système nerveux péri­phé­rique (autres nerfs et ganglions).

L’équipe prend en charge toutes les patho­lo­gies conven­tion­nelles et fonc­tion­nelles du cerveau et de la moelle chez l’adulte : malfor­ma­tions, tumeurs, patho­lo­gies vascu­laires ou dégé­né­ra­tives, douleurs chro­niques, maladie de Parkinson…

En outre, le centre de simu­la­tion de l’Hôpital Foch, à la pointe de la tech­no­logie, dispose d’un simu­la­teur de chirurgie céré­brale haute perfor­mance unique en France, un outil précieux pour la forma­tion et l’entraînement des neuro­chi­rur­giens.

Interview

« La culture de l’excellence »

Dr Stephan GAILLARD, neuro­chi­rur­gien — Chef de service

Expert national dans votre spécia­lité, vous êtes aussi un réfé­rent inter­na­tional reconnu dans la prise en charge de la chirurgie hypo­phy­saire et de la base du crane. Quelles sont les avan­cées majeures dans ce domaine ?

Dr Stephan Gaillard : À l’Hôpital Foch, il y a une longue tradi­tion de la chirurgie hypo­phy­saire. Et celle-ci a béné­ficié depuis une dizaine d’années des progrès de l’endoscopie, amélio­rant encore le confort des malades et les résul­tats. Le service a une impor­tante acti­vité dans ce domaine, une des plus impor­tantes en Europe.
Récemment, on a pu, en colla­bo­ra­tion avec l’INSERM de l’Hôpital Cochin, établir la carte géno­mique d’un certain nombre d’adénomes hypo­phy­saires, ce qui permettra, je l’espère, de nouveaux progrès dans les trai­te­ments de ces patho­lo­gies.

Chaque année, en France, 5 000 personnes découvrent qu’elles ont une tumeur céré­brale. Comment vos patients sont-ils pris en charge par le pôle neuros­ciences de l’Hôpital Foch ? Quel est leur chemin clinique ?

Dr Stephan Gaillard : Grâce à notre plate­forme de neuro-oncologie, la prise en charge des tumeurs céré­brales est multi­dis­ci­pli­naire. Une fois opéré et après confir­ma­tion de la nature de la tumeur, y compris par l’analyse molé­cu­laire, le patient est informé des propo­si­tions de trai­te­ments. Ceci permet au patient, au cours de son parcours de soins, d’être suivi par la même équipe (neuro­chi­rur­gien, neuro-oncologue, neuro­ra­dio­logue, neuro­pa­tho­lo­giste, radio­thé­ra­peute…), tout en ayant toujours un réfé­rent unique, et avec chaque fois que possible un trai­te­ment adapté aux éven­tuelles muta­tions tumo­rales retrou­vées.

Connu pour être à la pointe depuis de nombreuses années, votre service de neuro­chi­rurgie a déve­loppé des tech­niques chirur­gi­cales inno­vantes pour soigner de nombreux patients. De quels moyens disposez-vous aujourd’hui pour perfec­tionner et sécu­riser les inter­ven­tions deman­dant une préci­sion infra­mil­li­mé­trique dans votre geste chirur­gical ?

Dr Stephan Gaillard : La neuro­chi­rurgie a pour parti­cu­la­rité de néces­siter une préci­sion absolue liée à la fragi­lité des tissus du système nerveux. Au bloc, nous utili­sons diffé­rents systèmes pour accroître cette préci­sion, comme :
— la chirurgie assistée par ordi­na­teur (neuro­na­vi­ga­tion), qui permet tel un GPS d’aider le chirur­gien dans son geste ;
— l’imagerie céré­brale ou rachi­dienne peropé­ra­toire : écho­gra­phie céré­brale et médul­laire, imagerie 3D du rachis, et bientôt un véri­table scanner peropé­ra­toire permet­tant de contrôler en temps réel au cours de l’intervention la qualité de l’exérèse tumo­rale.
Nous utili­sons égale­ment des tech­niques de stimu­la­tion céré­brale sur patient éveillé pendant la chirurgie, afin de dimi­nuer le risque de séquelles, notam­ment sur le langage.
Toutes ces aides tech­no­lo­giques modernes ont pour seul but d’optimiser les résul­tats et de limiter au maximum les risques opéra­toires.

De la chirurgie mini-invasive à la chirurgie endo­sco­pique, en passant par la neuro­mo­du­la­tion, votre service propose une large palette chirur­gi­cale. À quels types d’intervention sont-elles dédiées ?

Dr Stephan Gaillard : Le service pratique toute la neuro­chi­rurgie adulte, avec une exper­tise parti­cu­liè­re­ment reconnue sur plusieurs sujets :

  • la chirurgie endo­sco­pique endo­na­sale des tumeurs hypo­phy­saires et de la base du crâne (adénomes hypo­phy­saires, cranio­pha­ryn­giomes…) ;
  • la chirurgie endo­sco­pique et mini inva­sive de la colonne verté­brale (hernies discales dorsales) ;
  • la chirurgie verté­brale dégé­né­ra­tive et tumo­rale (hernies discales, spon­dy­lo­lis­thésis, arthro­dèses, prothèses discales, tumeurs verté­brales) ;
  • la patho­logie rachi­dienne du sportif ;
  • la chirurgie éveillée des tumeurs céré­brales ;
  • la chirurgie de la douleur et la neuro­mo­du­la­tion.

L’Hôpital Foch dispose d’un centre de simu­la­tion de niveau 3 (le plus élevé) équipé de 5 salles permet­tant aux prati­ciens de s’entraîner aux diffé­rentes tech­niques de soin. Qu’est-ce que NeuroTouch, le simu­la­teur de chirurgie céré­brale haute perfor­mance, apporte à la pratique de votre équipe ?

Dr Stephan Gaillard : La simu­la­tion gestuelle est une tech­nique d’apprentissage impor­tante en méde­cine. Elle contribue à la forma­tion des person­nels de santé en complé­ment de la pratique et du partage d’expérience en condi­tions réelles. Elle est d’autant plus effi­cace qu’elle est prati­quée tôt dans le cursus d’apprentissage. En chirurgie, l’enjeu est d’acquérir une  « mémoire gestuelle », tout en passant moins d’heures au bloc opéra­toire. Car l’idée essen­tielle est de pouvoir apprendre de ses erreurs sans compro­mettre la qualité des soins ni la santé d’un patient.
Concrètement, la simu­la­tion consiste à s’entraîner à la prise de déci­sion et aux gestes de soins et chirur­gi­caux sur des modèles anato­miques en résine. Pour les situa­tions les plus complexes, nous avons aujourd’hui des machines faisant appel à la réalité virtuelle et confron­tant l’apprenant à divers scenarii prépro­grammés, testant ses connais­sances et son habi­leté. Les tech­no­lo­gies de réalité virtuelle et 3D ont en effet entraîné un bond en avant en matière de réalisme, et permettent notam­ment un appren­tis­sage toujours plus pointu des gestes chirur­gi­caux, sur des organes modé­lisés toujours plus fidèles aux carac­té­ris­tiques du réel. Notre simu­la­teur NeuroTouch, le premier installé en France, place l’Hôpital Foch à la pointe de la tech­no­logie en matière de simu­la­tion de chirurgie céré­brale.

Équipe médicale

Rechercher
Generic filters
Exact matches only
Accès rapide
Retour haut de page