Néphrologie

Informations pratiques

Le service néphrologie est situé dans le Bâtiment principal, secteur bleu au rez-de-chaussée, aile sud.
Il est constitué de 4 secteurs :

  • Hospitalisation (18 lits), située au premier étage de l’aile sud du Bâtiment principal de l’Hôpital
  • Hôpital de jour et consultations externes sont situés dans le Bâtiment principal, secteur bleu, rez-de-Chaussée, aile nord
  • Consultations pré-greffe et pré-don
  • Unité d’Hémodialyse dans le Bâtiment principal, secteur bleu 3e étage, aile sud.

Consultations

Les consul­ta­tions ont lieu tous les jours du lundi au samedi sauf les après-midi du mercredi, vendredi et samedi.

Néphrologie

La Néphrologie est la spécia­lité médi­cale dont le rôle est de prévenir, diag­nos­ti­quer et soigner les mala­dies des reins.

Quelles sont les pathologies prises en charge par le service ?

Le service de Néphrologie de l’Hôpital Foch prend en charge et assure le suivi des patients victimes de maladies rénales et d’insuffisance rénale, d’hypertension artérielle et d’hémodialyse. Enfin, ce service effectue également les transplantations rénales. Les services de Néphrologie et d’Urologie ont développé un programme actif de transplantations à partir de donneurs vivants. Actuellement 80 à 100 greffes sont réalisées annuellement, dont 20 à 30% à partir de donneurs vivants.

Plus précisément, le service Néphrologie propose 3 grandes activités :

Soins

  • Diagnostic et traitement des maladies rénales aigües et chroniques de suppléance de l’insuffisance rénale chronique terminale, dialyse et transplantation rénale
  • Dialyse : différentes modalités de dialyse sont mises à disposition des patients telles l’hémodialyse ou la dialyse péritonéale ambulatoire
  • Transplantation rénale : préparation à la greffe et inscription sur la liste d’attente nationale de transplantation rénale, prise en charge des patients transplantés dès la phase post-opératoire en hospitalisation puis suivi en hôpital de jour et en consultation externe
  • Prise en charge des hypertensions artérielles sévères et résistantes au traitement.

Enseignement

  • Enseignement de la Néphrologie et de la transplantation d’organes au sein de la Faculté de Médecine VSQ.

Recherche

  • Compréhension des facteurs de risque et des mécanismes du rejet de greffe : le Centre de Recherche Translationnelle sur la Transplantation d’Organes associe les équipes de transplantation des hôpitaux Necker, Saint-Louis et Foch.

A quoi servent les reins ?

Leur principale fonction est d’assurer l’élimination des produits terminaux du métabolisme, dont l’accumulation pourrait être toxique. Les reins assurent également le maintien de la composition en eau et en sels minéraux de notre milieu intérieur, condition nécessaire au fonctionnement de nos cellules et à la vie. Les reins fabriquent enfin plusieurs hormones qui régulent la pression artérielle, le métabolisme minéral (calcium, phosphore) et osseux et la production de globules rouges par la moelle osseuse.

Les maladies rénales ou néphropathies

Les circonstances dans lesquelles la fonction des reins peut être menacée sont très diverses. De nos jours, le diabète et l’hypertension artérielle sont les premières causes de maladie rénale chronique. Le nombre de personnes ayant une maladie rénale chronique en France est estimé à 3 millions. Les maladies rénales comportent un risque d’évolution vers l’altération définitive de la fonction rénale nécessitant la mise en route d’un traitement de suppléance : dialyse et transplantation rénale. La prévalence de l’insuffisance rénale terminale en France est de 1/1000. Un peu moins de 10 000 personnes débutent un traitement de suppléance chaque année. Ce risque peut être combattu par un dépistage précoce de la maladie rénale chronique et une prise en charge spécialisée.

Comment détecte-t-on une maladie des reins ?

Des œdèmes des membres inférieurs, une hypertension artérielle, une modification du volume ou de l’aspect des urines peuvent être la première manifestation d’une maladie rénale. Dans la majorité des cas, les maladies rénales sont silencieuses. C’est l’intérêt de leur dépistage par la recherche de sang ou d’albumine à la bandelette sur un échantillon urinaire et le dosage de l’urée et de la créatinine dans le sang. Ces examens doivent être réalisés une fois par an chez les sujets à risque de maladie rénale chronique.

Quelles sont les situations à risque de maladie rénale chronique ?

  • Diabète,
  • Hypertension artérielle,
  • Age supérieur à 60 ans,
  • Obésité,
  • Maladie cardiovasculaire ou athéromateuse,
  • Maladie de système ou auto-immune,
  • Affection urologique,
  • Antécédents familiaux de maladie rénale,
  • Antécédents de néphropathie aigüe,
  • Exposition à des toxiques professionnels (plomb, cadmium, mercure) ou à traitement médicamenteux néphrotoxique.

Équipe médicale

Rechercher
Generic filters
Exact matches only
Accès rapide
Retour haut de page