De quoi s’agit-il ?

L’Hôpital Foch, étab­lisse­ment de soins autorisés au prélève­ment et à la greffe des organes
et des tis­sus, par­ticipe active­ment à cette mis­sion de san­té publique qui s’inscrit comme une
pri­or­ité nationale selon les lois de bioéthique de 1994 et révisées en 2004 et 2011.

En 2012, plus de 16.000 patients ont été inscrits en liste d’attente d’une greffe d’organe,
mais seule­ment 5.023 d’entre eux ont été gref­fés. Plus de 300 patients décè­dent chaque
année faute de gref­fon disponible.

Effectuer un don d’organes ou de cer­tains tis­sus après le décès est un acte de générosité
qui per­met de réalis­er des greffes afin de sauver la vie d’une autre per­son­ne, adulte ou enfant.

Le don et le prélève­ment d’organes et de tis­sus en vue d’une greffe s’inscrivent comme une
pri­or­ité nationale. Mal­heureuse­ment, cette activ­ité reste encore beau­coup trop faible pour
pou­voir faire béné­fici­er tous les patients en attente de greffe.

Se posi­tion­ner pour ou con­tre le don d’organe est essen­tiel afin de faire respecter sa volon­té.

Vous êtes un donneur potentiel, comment ça marche ?

Le prélève­ment ne peut être pra­tiqué que sur une per­son­ne décédée n’ayant pas fait
con­naître de son vivant son refus.

Lorsque l’on est favor­able, il faut en informer explicite­ment ses proches (famille, con­joint…).
C’est égale­ment l’opportunité de con­naitre en retour leur posi­tion sur la ques­tion.
Il est aus­si pos­si­ble de laiss­er une trace écrite de sa déci­sion avec une carte de don­neur.
Atten­tion, celle-ci n’a pas de valeur légale.

Vous êtes oppose au don d’organes ?

En cas d’opposition, il faut s’inscrire sur le reg­istre nation­al automa­tisé des refus.
Il s’agit d’un fichi­er qui est oblig­a­toire­ment et sys­té­ma­tique­ment con­sulté avant
chaque démarche.

Vous pou­vez télécharg­er le for­mu­laire d’inscription au reg­istre nation­al des refus
égale­ment sur le site www.dondorganes.fr. Vous pou­vez égale­ment en faire la demande
ou le recevoir par cour­ri­er en appelant le numéro vert gra­tu­it 0 800 20 22 24.
Ce refus est révo­ca­ble à tout moment, selon les mêmes modal­ités.

Cha­cun est libre de se déter­min­er pour ou con­tre le don d’organes.
Il n’y a aucune oblig­a­tion ni aucun juge­ment à porter.

La seule chose à faire c’est d’en par­ler à ses proches afin qu’ils puis­sent rap­porter
votre témoignage en cas de décès.

En savoir plus

Retour haut de page