L’anesthésie est une étape essen­tielle de tout acte chirur­gi­cal ou obstétri­cal et pour cer­tains actes médi­caux (endo­scopie, radi­olo­gie…). Générale ou locoré­gionale, elle assure con­fort et sécu­rité, en sup­p­ri­mant ou atténu­ant la douleur et en garan­tis­sant le main­tien d’une posi­tion immo­bile pen­dant la réal­i­sa­tion de l’opération.

Elle est pra­tiquée par des médecins spé­cial­isés, les anesthé­sistes-réan­i­ma­teurs, assistés d’une équipe infir­mière for­mée tout spé­ciale­ment : infir­miers anesthé­sistes diplômés d’état (IADE).

L’anesthésie doit être scrupuleuse­ment pré­parée. D’une part, parce qu’elle fait inter­venir des médica­ments, injec­tés ou inhalés, qui peu­vent induire des aller­gies ou des asso­ci­a­tions dan­gereuses avec vos éventuels traite­ments en cours et, d’autre part, parce qu’elle implique la sup­pres­sion ou le ralen­tisse­ment de cer­tains réflex­es vitaux (res­pi­ra­tion, activ­ité car­diaque, métab­o­lisme…) et qui seront mis sous assis­tance le temps néces­saire.

Cette con­sul­ta­tion est oblig­a­toire et doit avoir lieu au plus tôt dans les 4 semaines avant votre inter­ven­tion, et au plus tard 48 heures avant, comme l’im­pose la loi.

Le plus tôt sera le mieux pour per­me­t­tre d’entreprendre d’éventuelles explo­rations com­plé­men­taires (analyse de sang, élec­tro­car­dio­gramme, con­sul­ta­tion avec un autre spé­cial­iste, imagerie médi­cale…).

Bien s’y préparer

Votre médecin ou chirurgien vous a fourni un ques­tion­naire à rem­plir sur vos antécé­dents de san­té, vos traite­ments en cours et vos aller­gies. Vous devrez impéra­tive­ment l’apporter, com­plété et signé, le jour de votre con­sul­ta­tion avec l’anesthésiste.

Pensez aus­si à apporter tout résul­tat d’examen (bilan san­guin, imagerie médi­cale…) qui pour­rait être utile, et, impéra­tive­ment, les ordon­nances de vos traite­ments en cours ou récents (anti­a­gré­gants pla­que­t­taires, antidi­a­bé­tiques, anti­hy­per­tenseurs…).
Pour cette con­sul­ta­tion, nul besoin d’être à jeun ou d’ar­rêter votre traite­ment en cours.

LE BUT DE LA CONSULTATION EST DOUBLE : INFORMER L’ANESTHÉSISTE DE VOTRE ÉTAT DE SANTÉ, ET VOUS EXPLIQUER LE DÉROULEMENT DE VOTRE INTERVENTION. VOUS POUVEZ PRÉPARER, SI VOUS LE SOUHAITEZ, UNE LISTE DE QUESTIONS À POSER ET/OU D’INFORMATIONS QUE VOUS JUGEZ UTILE DE TRANSMETTRE À L’ANESTHÉSISTE ET QUI NE SONT PAS ÉVOQUÉES DANS LE QUESTIONNAIRE.

La consultation

Vous serez reçu à l’hôpital par un médecin anesthé­siste, lequel aura pris con­nais­sance de votre dossier médi­cal et aura dis­cuté avec votre médecin des tech­niques d’anesthésie et d’analgésie (prise en charge de la douleur) les plus adap­tées à votre inter­ven­tion.

Pour votre con­fort, le manip­u­la­teur vous fourni­ra des bou­chons d’oreille ou un casque pour écouter de la musique. Le but de cette con­sul­ta­tion est de véri­fi­er si ces tech­niques sont com­pat­i­bles avec votre état de san­té, de vous informer sur leurs béné­fices et leurs risques et sur les cas pos­si­bles d’échec et de com­pli­ca­tions (par exem­ple d’une anesthésie locoré­gionale impli­quant la réal­i­sa­tion d’une anesthésie générale non pro­gram­mée).

En pra­tique, l’anesthésiste com­mencera par vous inter­roger sur votre état de san­té général, sur vos antécé­dents médi­caux, chirur­gi­caux et anesthésiques, sur vos aller­gies et sur les appareils que vous portez (pro­thès­es amovi­bles ou non, appareil den­taire, lentilles de con­tact…). Il réalis­era égale­ment un exa­m­en clin­ique.

Si vous souf­frez d’une mal­adie car­diaque, pul­monaire ou rénale, ou si vous êtes dia­bé­tique, et que vous suiv­ez des traite­ments médica­menteux, il fau­dra cer­taine­ment, pour votre sécu­rité, en sus­pendre cer­tains. L’anesthésiste vous don­nera des con­signes qu’il sera très impor­tant de respecter con­cer­nant l’arrêt puis la reprise de ces traite­ments.

Vous pour­rez échang­er avec l’anesthésiste des tech­niques d’anesthésie et d’analgésie les plus adap­tées à votre cas. Il pour­ra éventuelle­ment vous pre­scrire des exa­m­ens com­plé­men­taires. Au regard de votre con­texte médi­cal, il peut aus­si con­tre-indi­quer l’anesthésie, s’il juge le rap­port bénéfice/risque défa­vor­able. La déci­sion finale de report ou de non-inter­ven­tion sera prise con­join­te­ment par le chirurgien et l’anesthésiste. Excep­tion­nelle­ment et en cas de néces­sité, l’anesthésiste peut être amené à mod­i­fi­er, le jour J, le choix de la tech­nique d’anesthésie à utilis­er.

La con­sul­ta­tion d’anesthésie est bien sûr l’occasion pour vous de pos­er toutes vos ques­tions et d’évoquer vos appréhen­sions (sur le procédé, les pro­duits, le réveil…). La qual­ité des soins qui vous sera portée et votre sécu­rité rési­dent aus­si dans votre com­préhen­sion des modal­ités opéra­toires, dans votre con­fi­ance en l’équipe médi­cale et dans votre coopéra­tion tout au long de votre prise en charge.
En fin de con­sul­ta­tion, vous devrez, si vous l’acceptez, sign­er un con­sen­te­ment à la réal­i­sa­tion de l’anesthésie. Si votre inter­ven­tion com­porte un risque hémor­rag­ique, l’anesthésiste vous informera égale­ment sur la trans­fu­sion san­guine.

Notez que même sans votre con­sen­te­ment exprès, l’équipe médi­cale pour­ra pra­ti­quer une trans­fu­sion, si au cours de l’intervention votre pronos­tic vital était engagé (arti­cle L. 1111–4 du code de la san­té publique).

SI L’ANESTHÉSISTE VOUS PRESCRIT UN BILAN SANGUIN, SACHEZ QUE VOUS AVEZ LA POSSIBILITÉ DE LE FAIRE DIRECTEMENT AU LABORATOIRE D’ANALYSES DE L’HÔPITAL FOCH

Après la consultation

Il est prob­a­ble que le médecin anesthé­siste que vous avez ren­con­tré en con­sul­ta­tion ne soit pas celui qui s’occupera de vous le jour de l’intervention. Bien enten­du, votre dossier sera trans­mis à l’anesthésiste qui vous pren­dra en charge. Avant votre inter­ven­tion, il vien­dra se présen­ter à vous et vous expli­quera le déroule­ment de votre inter­ven­tion.

À L’ISSUE DE LA CONSULTATION D’ANESTHÉSIE, VOUS POURREZ ÊTRE AMENÉ À RENCONTRER L’INFIRMIÈRE PRÉOPÉRATOIRE QUI VOUS INFORMERA SUR L’HOSPITALISATION, L’INTERVENTION ET LE SUIVI POST-OPÉRATOIRE. ELLE VÉRIFIERA QUE TOUS LES ÉLÉMENTS DU DOSSIER NÉCESSAIRES À L’INTERVENTION SONT À JOUR, VOUS FOURNIRA DES CONSEILS D’HYGIÈNE À RESPECTER, VOUS INFORMERA SUR LE JEUNE ET SUR LA PRISE DE VOS TRAITEMENTS MÉDICAMENTEUX. ENFIN, L’INFIRMIÈRE PRÉOPÉRATOIRE SERA À VOTRE ÉCOUTE, N’HÉSITEZ PAS À LUI FAIRE PART DE VOS APPRÉHENSIONS ET DE TOUTES VOS QUESTIONS.

SI BESOIN, N’HÉSITEZ PAS À NOUS CONTACTER AU 01 46 25 20 45 D’ICI VOTRE INTERVENTION.

Fiche d’information médi­cale rédigée pour l’hôpital Foch par La san­té surtout avec la col­lab­o­ra­tion du Dr Camille Cor­net (anesthé­siste).

Retour haut de page