Médecine interne

Informations pratiques

Le service médecine interne (hospitalisation) est situé dans le Bâtiment principal (secteur Bleu) au 1er étage (ailes NORD et SUD).

Consultations

Les consul­ta­tions ont lieu du lundi au vendredi.

Prendre rendez-vous

Nouveaux patients :
Dans le cadre du parcours de soin, votre médecin traitant ou votre spécialiste vous adressant en médecine interne doit nous envoyer un courrier, accompagné des copies des examens déjà réalisés et de toutes vos coordonnées : nom, prénom, date de naissance, adresse complète et numéro de téléphone. Ces documents sont à adresser par courrier postal :
Hôpital Foch
Secrétariat du service de médecine interne
40 rue Worth
92150 Suresnes
Tél : 01 46 25 23 08 – Fax : 01 46 25 26 20

Pour les consultations de suivi, vous pouvez directement prendre rendez-vous via Doctolib

Médecine interne

Service de médecine interne

L’interniste est le spécia­liste de tout ce qui ne relève pas d’une spécia­lité d’organe. À l’heure de l’ultra-spécialisation des disci­plines médi­cales, la méde­cine interne privi­légie la prise en charge globale du patient et la mise en cohé­rence des diffé­rents acteurs de son suivi si la complexité de la situa­tion l’exige. Le spécia­liste en méde­cine interne est essen­tiel­le­ment présent en milieu hospi­ta­lier. Il doit savoir traiter aussi bien les patients présen­tant des patho­lo­gies dites « courantes », impo­sant l’hospitalisation, que ceux atteints de mala­dies rares ou au diag­nostic complexe, qu’il est entraîné à résoudre. Il exerce ainsi une méde­cine « géné­rale », globale, holis­tique et appro­fondie, à l’intention des patients aux patho­lo­gies multiples, tout en lais­sant la prio­rité aux spécia­listes lors de problèmes médi­caux de haute spéci­fi­cité.

La médecine interne pour traiter des symptômes complexes

Pour un tiers des cas, les patients viennent dans le service en hospitalisation programmée, après consultation d’un médecin du service ou d’un médecin généraliste. Ces patients sont souvent atteints de pathologies ou de symptômes complexes : fièvre prolongée, syndromes inflammatoires et/ou rares maladies systémiques, maladies auto-immunes, maladies orphelines… Le service travaille alors en collaboration avec les centres de référence nationaux pour chacune de ces maladies orphelines.

Faire appel à la médecine interne après un séjour aux Urgences

Dans les autres situations (2/3 des cas), le service de médecine interne de l’Hôpital Foch reçoit des patients qui ont été admis aux Urgences ou après un séjour en réanimation. Les motifs fréquents d’hospitalisation sont les pathologies infectieuses (pyélonéphrites, pneumonies diverses ou encore les infections plus graves comme les infections osseuses ou des valves cardiaques), les phlébites, les pathologies tumorales, les anémies…

La médecine interne pour traiter une palette très large de pathologies La médecine interne de l’Hôpital Foch assure la prise en charge des pathologies appartenant aux disciplines suivantes :

Médecine interne

  • Vascularite
  • Rhumatismes inflammatoires
  • Maladies auto-inflammatoires : sarcoïdose et autres granulomatoses systémiques
  • Autres maladies orphelines : polychondrite atrophiante, maladie de Behçet, syndrome hyper-IgG4, fibrose rétropéritonéale, autres fibroses systémiques, syndrome de Cogan, syndrome de Susac.

Maladies hématologiques et oncologiques

  • Cytopénies auto-immunes: anémies hémolytiques auto-immunes, purpura thrombopénique immunologique ;
  • Syndromes lymphoprolifératifs: maladie de Hodgkin, lymphomes B;
  • Syndromes myélodysplasiques ;
  • Syndromes myéloprolifératifs : maladie de Vaquez, myélofibrose, thrombocytémie essentielle ;
  • Histiocytoses : histiocytose langerhansienne, maladie d’Erdheim-Chester, maladie de Rosai-Dorfman, autres histiocytoses ;
  • Autres maladies hématologiques rares : syndrome d’activation macrophagique de l’adulte, microangiopathies thrombotiques de l’adulte et notamment le purpura thrombotique thrombocytopénique, hémoglobinurie paroxystique nocturne, mastocytoses;
  • Gammapathies monoclonales : hypergammaglobulinémie, gammapathie monoclonale de signification indéterminée, amylose, myélome ;
  • Anémies, thrombopénies, leucopénies.

Hépatologie

  • Hépatites virales : hépatites chroniques (B, C et D), hépatites aiguës (A et E)
  • Hépatites auto-immunes et cirrhoses biliaires primitives
  • Maladies hépatiques au cours d’affections systémiques ou génétiques : maladie de Wilson, hémochromatose, mucoviscidose, diabète
  • Maladies thrombotiques hépatiques : syndrome de Budd-Chiari, thrombose porte
  • Maladies alcooliques du foie : cirrhoses, hépatites alcooliques aiguës
  • Anomalies du bilan hépatique.

Déficits immunitaires

  • Infection VIH et SIDA
  • Déficits immunitaires primitifs
  • Déficits immunitaires secondaires
  • Anomalies du complément.

Gastro-entérologie

  • Maladie de Crohn
  • Rectocolite hémorragique
  • Polypes de l’intestin
  • Cancers digestifs.

Maladies orphelines génétiques à révélation tardive

  • Maladie de Fabry
  • Maladie de Gaucher
  • Hémochromatoses et autres surcharges en fer
  • Porphyries
  • Cytopathies mitochondriales.

Maladies infectieuses

  • Tuberculose
  • Endocardite
  • Arthrite septique
  • Spondylodiscite
  • Paludisme
  • Fièvre et diarrhée au retour d’un pays tropical
  • Maladie de Whipple
  • Maladie de Lyme
  • Rickettsioses
  • Maladie des griffes du chat.

Pathologies du métabolisme

  • Hypercalcémie
  • Hyperuricémie et goutte.

Hyperéosinophilies et syndromes hyperéosinophiliques

L’Hôpital Foch est l’un des deux sites constitutifs du centre de référence national des hyperéosinophilies et des syndromes hyperéosinophiliques (CEREO).

Pour toute information complémentaire et/ou obtenir des contacts utiles sur ces maladies rares, consultez le site CEREO  http://cereo.fr

Capillaroscopie diagnostique Une consultation dédiée est ouverte tous les 15 jours à l’Hôpital Foch. Pour prendre rendez-vous, contactez le secrétariat de médecine interne.

Interview

Docteur Félix Ackermann, chef de service.

Quelles sont les inno­va­tions théra­peu­tiques dans le domaine de la méde­cine interne et en parti­cu­lier dans votre service ?

Dr Félix Ackermann : notre service de méde­cine interne est à la pointe de l’innovation théra­peu­tique car il permet aux patients atteints, par exemple, de mala­dies rares, d’accéder aux trai­te­ments modernes et/ou à des proto­coles de recherche théra­peu­tique. En effet, nous avons actuel­le­ment une dizaine d’essais cliniques ouverts. Lorsque nos patients nous consultent, ils profitent de la qualité de la recherche théra­peu­tique dans un certain nombre de domaines médi­caux. Ainsi, notre service propose la meilleure prise en charge possible pour les mala­dies héma­to­lo­giques, un trai­te­ment optimal des patho­lo­gies induites par les immu­no­thé­ra­pies anti­can­cé­reuses, ou encore des théra­pies inno­vantes pour les mala­dies immu­no­lo­giques.

Votre service est très poly­va­lent. Comment assurez-vous la qualité de prise en charge dans tous ces domaines ?

Dr Félix Ackermann : effec­ti­ve­ment, l’offre de soins, au sein de la méde­cine interne de l’Hôpital Foch, recouvre beau­coup de spécia­lités très variées. De fait, nous avons la possi­bi­lité d’assurer la prise en charge d’un grand nombre de patho­lo­gies, avec des méde­cins réfé­rents pour chacune d’elles.
Notre compé­tence sur ces domaines a fait du service un centre de recours pour de nombreux établis­se­ments hospi­ta­liers envi­ron­nants. La diver­sité de notre offre de soins est consi­dé­rable : héma­to­logie, gastro-entérologie, hépa­to­logie, et certaines mala­dies cuta­nées (qui ne relèvent pas néces­sai­re­ment d’un service de derma­to­logie), etc.
Notre service a un carac­tère quasi univer­si­taire en matière d’exigence de forma­tion continue des méde­cins, d’élaboration de travaux scien­ti­fiques et de parti­ci­pa­tion à la forma­tion univer­si­taire des étudiants en méde­cine.

Quels sont les points forts de l’Hôpital Foch, et du service de méde­cine interne en parti­cu­lier, dans le parcours de soins ?

Dr Félix Ackermann : de manière géné­rale, les patients sont pris en charge avec beau­coup de « flui­dité ». Dans la mesure du possible, nous accueillons des patients en semi urgence, à la demande de leur médecin trai­tant ou de confrères spécia­listes, afin d’éviter de recourir au service d’accueil des urgences. Pour ce faire, nous travaillons avec de nombreux méde­cins, qui nous solli­citent direc­te­ment.
Par ailleurs, nous veillons à raccourcir de manière opti­male la durée d’hospitalisation de nos patients. Ceci est rendu possible par la qualité et la dispo­ni­bi­lité des spécia­listes d’organes (dont l’implication est parfois néces­saire) mais égale­ment du fait d’un plateau tech­nique (imagerie diag­nos­tique ou inter­ven­tion­nelle, endo­sco­pies…) inno­vant, perfor­mant et réactif.

Équipe médicale

Rechercher
Generic filters
Exact matches only
Accès rapide
Retour haut de page