La cœlio­scopie est une tech­nique d’exploration de l’in­térieur de l’ab­domen et en par­ti­c­uli­er des organes géni­taux féminins (utérus, ovaires, trompes). On dis­tingue la cœlio­scopie diag­nos­tique utile par exem­ple pour con­trôler le bon fonc­tion­nement des organes de la repro­duc­tion en cas de dif­fi­culté à pro­créer, ou pour rechercher les caus­es de prob­lèmes à l’abdomen inex­pliqués par d’autres tech­niques , et la cœlio­scopie opéra­toire, tech­nique d’assistance vidéo pour la réal­i­sa­tion d’interventions chirur­gi­cales.

En gyné­colo­gie, les indi­ca­tions de la cœlio­scopie opéra­toire sont notam­ment le retrait d’un kyste de l’ovaire ou d’un fibrome de l’utérus, la lig­a­ture des trompes, la pré­pa­ra­tion ou la réal­i­sa­tion d’une hys­térec­tomie (retrait de l’utérus), le traite­ment d’une grossesse extra-utérine, de l’endométriose ou encore de la descente d’organes et de cer­tains can­cers.  Toutes les cœlio­scopies sont réal­isées sous anesthésie générale et néces­si­tent donc une pré­pa­ra­tion.

LE JOUR J, VOUS NE DEVREZ PORTER NI MAQUILLAGE NI VERNIS À ONGLES (MAINS ET PIEDS). CE DERNIER EMPÊCHE LE CONTRÔLE DE VOTRE OXYGÉNATION SANGUINE SUR LE CLIP (OXYMÈTRE DE POULS) QUI SERA FIXÉ À L’UN DE VOS DOIGTS.

Bien s’y préparer

Une dizaine de jours avant la cœlio­scopie, vous aurez ren­dez-vous à l’hôpital Foch pour une con­sul­ta­tion avec l’anesthésiste. Pensez à apporter le ques­tion­naire anesthésique rem­pli en pré­cisant tous les médica­ments que vous prenez. Le médecin anesthé­siste pour­ra éventuelle­ment vous faire arrêter cer­tains d’entre eux (anti­hy­per­tenseurs, antidi­a­bé­tiques, mod­ifi­ca­teurs de la coag­u­la­tion du sang, par exem­ple) pour le bon déroule­ment de l’intervention Cette con­sul­ta­tion a aus­si voca­tion à vous informer. N’hésitez pas à pos­er toutes vos ques­tions au médecin.

Vous serez hos­pi­tal­isée soit la veille de votre inter­ven­tion, soit le matin même. Dans les deux cas, vous devrez rester à jeun à par­tir de minu­it, sans manger, ni boire, ni fumer. En rai­son de l’anesthésie générale, vous ne devrez porter ni ver­nis à ongles, ni maquil­lage.

LES CONTRE-INDICATIONS À LA COELIOSCOPIE SONT TRÈS RARES (MALADIES CARDIOVASCULAIRES OU RESPIRATOIRES GRAVES).

L’intervention

Un peu avant l’intervention, une infir­mière vous pro­posera un médica­ment pour vous relax­er, si vous en ressen­tez le besoin. Au bloc, l’anesthésiste vous posera une per­fu­sion intraveineuse afin de vous injecter le pro­duit anesthésiant. Vous serez en posi­tion allongée sur le dos, les bras le long du corps.

Le cœlio­scope est un tube appelé « tro­cart » de 5 mm de diamètre, muni d’une caméra per­me­t­tant de suiv­re l’exploration sur un écran. L’appareil est inséré au niveau du nom­bril après une petite inci­sion et per­met d’insuffler du CO2 dans l’abdomen pour le gon­fler et ain­si libér­er la vis­i­bil­ité sur les dif­férents organes explorés. L’exploration dure env­i­ron 30 min­utes.

EN DEHORS DES POSSIBLES EFFETS SECONDAIRES DE L’ANESTHÉSIE GÉNÉRALE (NAUSÉES, VOMISSEMENTS, SOMNOLENCE…), LA CŒLIOSCOPIE PEUT OCCASIONNER DES. EFFETS INDÉSIRABLES PASSAGERS COMME DES SENSATIONS DOULOUREUSES DANS L’ABDOMEN ET JUSQU’AUX ÉPAULES. CELA EST DÛ AU GAZ RÉSIDUEL ET S’ESTOMPE EN QUELQUES JOURS. PRATIQUER LA MARCHE EST UN BON MOYEN D’ACCÉLÉRER L’ÉVACUATION NATURELLE DE CE GAZ RÉSIDUEL.

Après intervention

À la fin de l’intervention, vous serez con­duite en salle de sur­veil­lance postopéra­toire. On y sur­veillera votre reprise de con­science, votre ten­sion artérielle et votre res­pi­ra­tion. Votre chirurgien vous expli­quera com­ment s’est déroulée l’intervention. Le compte-ren­du vous sera remis le jour même (ou envoyé à votre domi­cile) en
atten­dant votre ren­dez-vous de suivi.

Après une coe­lio­scopie diag­nos­tique, la sor­tie se fait générale­ment le jour même. Vous devrez cepen­dant vous faire rac­com­pa­g­n­er par un proche, en rai­son de l’anesthésie générale, et rester sous sa sur­veil­lance pen­dant une nuit. Vous pour­rez pren­dre une douche dès le lende­main, mais il vous fau­dra atten­dre au moins une semaine pour pren­dre un bain.

LES COMPLICATIONS DE LA COELIOSCOPIE SONT RARES (SAIGNEMENT OU INFECTION DE LA CICATRICE, PLAIE D’UN ORGANE DE L’ABDOMEN, PHLÉBITE, EMBOLIE

Fiche d’information médicale rédigée pour l’hôpital Foch par La santé surtout
Retour haut de page