La cœlio­scopie est une tech­nique d’exploration de l’in­té­rieur de l’ab­domen et en parti­cu­lier des organes géni­taux fémi­nins (utérus, ovaires, trompes). On distingue la cœlio­scopie diag­nos­tique utile par exemple pour contrôler le bon fonc­tion­ne­ment des organes de la repro­duc­tion en cas de diffi­culté à procréer, ou pour recher­cher les causes de problèmes à l’abdomen inex­pli­qués par d’autres tech­niques , et la cœlio­scopie opéra­toire, tech­nique d’assistance vidéo pour la réali­sa­tion d’interventions chirur­gi­cales.

En gyné­co­logie, les indi­ca­tions de la cœlio­scopie opéra­toire sont notam­ment le retrait d’un kyste de l’ovaire ou d’un fibrome de l’utérus, la liga­ture des trompes, la prépa­ra­tion ou la réali­sa­tion d’une hysté­rec­tomie (retrait de l’utérus), le trai­te­ment d’une gros­sesse extra-utérine, de l’endométriose ou encore de la descente d’organes et de certains cancers.  Toutes les cœlio­sco­pies sont réali­sées sous anes­thésie géné­rale et néces­sitent donc une prépa­ra­tion.

LE JOUR J, VOUS NE DEVREZ PORTER NI MAQUILLAGE NI VERNIS À ONGLES (MAINS ET PIEDS). CE DERNIER EMPÊCHE LE CONTRÔLE DE VOTRE OXYGÉNATION SANGUINE SUR LE CLIP (OXYMÈTRE DE POULS) QUI SERA FIXÉ À L’UN DE VOS DOIGTS.

Bien s’y préparer

Une dizaine de jours avant la cœlio­scopie, vous aurez rendez-vous à l’hôpital Foch pour une consul­ta­tion avec l’anesthésiste. Pensez à apporter le ques­tion­naire anes­thé­sique rempli en préci­sant tous les médi­ca­ments que vous prenez. Le médecin anes­thé­siste pourra éven­tuel­le­ment vous faire arrêter certains d’entre eux (anti­hy­per­ten­seurs, anti­dia­bé­tiques, modi­fi­ca­teurs de la coagu­la­tion du sang, par exemple) pour le bon dérou­le­ment de l’intervention Cette consul­ta­tion a aussi voca­tion à vous informer. N’hésitez pas à poser toutes vos ques­tions au médecin.

Vous serez hospi­ta­lisée soit la veille de votre inter­ven­tion, soit le matin même. Dans les deux cas, vous devrez rester à jeun à partir de minuit, sans manger, ni boire, ni fumer. En raison de l’anesthésie géné­rale, vous ne devrez porter ni vernis à ongles, ni maquillage.

LES CONTRE-INDICATIONS À LA COELIOSCOPIE SONT TRÈS RARES (MALADIES CARDIOVASCULAIRES OU RESPIRATOIRES GRAVES).

L’intervention

Un peu avant l’intervention, une infir­mière vous propo­sera un médi­ca­ment pour vous relaxer, si vous en ressentez le besoin. Au bloc, l’anesthésiste vous posera une perfu­sion intra­vei­neuse afin de vous injecter le produit anes­thé­siant. Vous serez en posi­tion allongée sur le dos, les bras le long du corps.

Le cœlio­scope est un tube appelé « trocart » de 5 mm de diamètre, muni d’une caméra permet­tant de suivre l’exploration sur un écran. L’appareil est inséré au niveau du nombril après une petite inci­sion et permet d’insuffler du CO2 dans l’abdomen pour le gonfler et ainsi libérer la visi­bi­lité sur les diffé­rents organes explorés. L’exploration dure environ 30 minutes.

EN DEHORS DES POSSIBLES EFFETS SECONDAIRES DE L’ANESTHÉSIE GÉNÉRALE (NAUSÉES, VOMISSEMENTS, SOMNOLENCE…), LA CŒLIOSCOPIE PEUT OCCASIONNER DES. EFFETS INDÉSIRABLES PASSAGERS COMME DES SENSATIONS DOULOUREUSES DANS L’ABDOMEN ET JUSQU’AUX ÉPAULES. CELA EST DÛ AU GAZ RÉSIDUEL ET S’ESTOMPE EN QUELQUES JOURS. PRATIQUER LA MARCHE EST UN BON MOYEN D’ACCÉLÉRER L’ÉVACUATION NATURELLE DE CE GAZ RÉSIDUEL.

Après intervention

À la fin de l’intervention, vous serez conduite en salle de surveillance post­opé­ra­toire. On y surveillera votre reprise de conscience, votre tension arté­rielle et votre respi­ra­tion. Votre chirur­gien vous expli­quera comment s’est déroulée l’intervention. Le compte-rendu vous sera remis le jour même (ou envoyé à votre domi­cile) en
atten­dant votre rendez-vous de suivi.

Après une coelio­scopie diag­nos­tique, la sortie se fait géné­ra­le­ment le jour même. Vous devrez cepen­dant vous faire raccom­pa­gner par un proche, en raison de l’anesthésie géné­rale, et rester sous sa surveillance pendant une nuit. Vous pourrez prendre une douche dès le lende­main, mais il vous faudra attendre au moins une semaine pour prendre un bain.

LES COMPLICATIONS DE LA COELIOSCOPIE SONT RARES (SAIGNEMENT OU INFECTION DE LA CICATRICE, PLAIE D’UN ORGANE DE L’ABDOMEN, PHLÉBITE, EMBOLIE

Fiche d’information médicale rédigée pour l’hôpital Foch par La santé surtout
Retour haut de page