Présentation du passe sanitaire obligatoire pour tout accès à l’hôpital (hors urgences)

L’électro-encéphalogramme (EEG) est un exa­m­en médi­cal infor­matif et d’aide au diag­nos­tic qui mesure l’activité des neu­rones cérébraux par l’intermédiaire d’électrodes posées sur le cuir chevelu. Les sig­naux élec­triques recueil­lis sont ampli­fiés et tran­scrits sur un écran d’ordinateur en un tracé appelé électro-encéphalogramme. 

L’EEG de sieste avec pri­va­tion de som­meil per­met de révéler de pos­si­bles anom­alies de l’activité élec­trique cérébrale non retrou­vées lors d’examens stan­dards comme l’EEG classique.

C’est un exa­m­en indo­lore et non invasif qui dure env­i­ron 2h. La pri­va­tion de som­meil préal­able est essen­tielle au bon déroule­ment de l’examen et doit être con­duite selon le pro­to­cole pre­scrit par le neurologue.

Bien s’y préparer

Afin de bien pré­par­er votre exa­m­en, il est essen­tiel de suiv­re les recom­man­da­tions de votre neu­ro­logue quant à la pri­va­tion de som­meil. En général, le som­meil est autorisé de nuit, en vous couchant à votre heure habituelle et sur une durée de 6 heures max­i­mum, suivi d’une pri­va­tion de som­meil d’une durée min­i­mum de 4 heures. En pra­tique, si vous vous couchez habituelle­ment à 22 heures, vous devrez vous lever à 4 heures du matin, puis rester éveil­lé (sieste non autorisée) jusqu’à l’heure de votre exa­m­en, le plus sou­vent pro­gram­mé à 13 h 30. Dans l’intervalle, la lec­ture et l’ordinateur sont autorisées, mais pas les jeux vidéo. La télévi­sion est à éviter.

La pri­va­tion de som­meil est des­tinée à favoris­er votre endormisse­ment au moment de l’examen.

Par ailleurs, il vous est demandé d’avoir lavé vos cheveux le jour même de l’examen et de ne pas utilis­er de pro­duits capil­laires après, tels que laque, gel ou crème. Il con­vien­dra égale­ment de ne pas porter de tress­es, tis­sages ou perruque.

L’EEG de sieste ne néces­site pas de pré­pa­ra­tion du point de vue de l’alimentation. Il n’est ain­si pas néces­saire d’être à jeun, ni d’interrompre ou de mod­i­fi­er vos traite­ments médica­menteux (sauf indi­ca­tion con­traire du médecin pre­scrip­teur de l’examen). Il est cepen­dant demandé de ne pas con­som­mer de bois­son exci­tante pen­dant le temps de pri­va­tion de som­meil (thé, café, alcool, Coca-Cola, bois­sons énergisantes).

À savoir : le jour de l’examen, il est préférable de prévoir un accom­pa­g­na­teur pour la venue à l’hôpital, ain­si que pour votre retour. Pensez à apporter vos résul­tats d’examens antérieurs (EEG, Holter EEG, IRM, scan­ner…), si vous en possédez.

L’examen

Vous serez con­fort­able­ment instal­lé en posi­tion allongée. L’opérateur plac­era 21 élec­trodes sur votre crâne puis appli­quera une pâte con­duc­trice et assur­era leur main­tien par un casque élastique.

Des cap­teurs seront aus­si posi­tion­nés au niveau du vis­age (autour des yeux et du men­ton) et des bras. Ils per­me­t­tent d’enregistrer les mou­ve­ments involon­taires du vis­age et des bras en phase de sommeil.

Vous pour­rez alors vous endormir et l’enregistrement sera effec­tué pen­dant 1 heure environ.

À savoir : les élec­trodes et la prise de mesure n’occasionnent aucune douleur.

Après l’examen

À la fin de l’examen, l’opérateur vous réveillera et retir­era tout le dis­posi­tif. Vos cheveux seront un peu col­lants du fait de la pâte con­duc­trice. Si vous le souhaitez, vous pour­rez vous les net­toy­er sur place.

Votre neu­ro­logue devra analyser pré­cisé­ment les résul­tats au regard de votre con­texte clin­ique. C’est pourquoi vous ne recevrez pas immé­di­ate­ment de compte-ren­du d’examen. Celui-ci vous sera envoyé ultérieure­ment, ain­si qu’à votre médecin traitant.

Pour toute infor­ma­tion com­plé­men­taire, n’hésitez pas à con­tac­ter le ser­vice au 01 46 25 23 93

Fiche d’information médi­cale rédigée par La san­té surtout ! pour l’hôpital Foch en col­lab­o­ra­tion avec le Dr Camille Decrocq, neurologue.
Dernière modification le  mardi 10 septembre 2019
Retour haut de page