Présentation du passe sanitaire obligatoire pour tout accès à l’hôpital (hors urgences)

La thy­roïde est un petit organe en avant du cou, for­mé de deux lobes reliés ensem­ble, qui a pour fonc­tion de sécréter des hormones. 

Plusieurs patholo­gies sont liées à la thy­roïde, cet exa­m­en est donc pre­scrit en pre­mière inten­tion à la suite d’une pal­pa­tion anor­male de la glande thy­roï­di­enne, ou en présence d’une défail­lance de la thy­roïde dépistée par la prise de sang.

 Que ce soit l’hypo, l’hyperthyroïdie ou encore la présence de nod­ules, l’échographie est alors indis­pens­able pour pro­pos­er une prise en charge pré­coce et une sur­veil­lance de votre pathologie.

Avant l’examen

Le médecin s’informera tout d’abord de votre dossier médi­cal et en par­ti­c­uli­er de votre taux de TSH cor­re­spon­dant à l’hormone sécrétée par la thyroïde.

L’échographie thy­roï­di­enne ne néces­site aucune pré­pa­ra­tion préal­able. Pour réalis­er l’examen dans les meilleures con­di­tions, Il vous sera sim­ple­ment demandé d’ôter tout type de bijoux ou habits autour du cou.

Comment se déroule une échographie thyroïdienne ?

L’échographie thy­roï­di­enne est un exa­m­en médi­cal fréquent, indo­lore et non invasif (ultra­sons) qui dure une quin­zaine de minutes.

Dans une salle d’échographie peu lumineuse, vous serez allongé sur le dos, le men­ton vers le haut pour bien éten­dre le cou. Le prati­cien vous appli­quera un gel chauf­fé sur la peau du cou puis procèdera à l’analyse en met­tant la sonde en con­tact avec votre peau.

L’analyse en temps réel peut par­fois révéler la présence de nod­ules qui sont majori­taire­ment bénins. En effet, on estime que près de 10% de la pop­u­la­tion sera con­fron­tée à une patholo­gie thy­roï­di­enne, mais rarement sera dépisté un can­cer de la thy­roïde. En fonc­tion de l’aspect du nod­ule, dans cer­tains cas, une ponc­tion sous échogra­phie sera pré­con­isée, et elle per­me­t­tra de prélever quelques cel­lules de tis­sus pour en faire l’analyse. Si ce dépistage révèle un nod­ule can­céreux, il devra alors être opéré. Pour les autres patholo­gies, une sur­veil­lance échographique régulière sera nécessaire. 

Après l’examen

À la fin de l’examen, le radi­o­logue pour­ra vous faire part de ses obser­va­tions mais votre compte-ren­du vous sera remis dans un sec­ond temps si vous êtes un patient externe, et sera trans­mis directe­ment à votre prati­cien si vous êtes suivi à l’hôpital Foch.

En rai­son de l’absence de tout incon­vénient, effet sec­ondaire ou com­pli­ca­tion, vous pou­vez boire, manger, con­duire et repren­dre toutes vos activ­ités quo­ti­di­ennes immé­di­ate­ment après l’examen.

Pour toute info com­plé­men­taire ou pren­dre ren­dez-vous,
con­tactez le ser­vice radi­olo­gie de l’hôpital Foch au 01 46 25 25 38

 

Fiche d’information médi­cale rédigée, en novem­bre 2019, par La san­té surtout pour l’hôpital Foch en col­lab­o­ra­tion avec le Doc­teur Pierre-Adrien LAMPSON, radiologue.
Dernière modification le  mardi 10 septembre 2019
Retour haut de page