Présentation du passe sanitaire obligatoire pour tout accès à l’hôpital (hors urgences)

L’échographie pro­sta­tique est une tech­nique d’imagerie indo­lore util­isant les ultra­sons pour visu­alis­er le vol­ume et la struc­ture de la prostate en temps réel.

Elle est notam­ment pre­scrite par le médecin dans le cas de trou­bles fonc­tion­nels uri­naires (incon­ti­nence, envies d’uriner trop fréquentes, réten­tion uri­naire…) ou d’infections uri­naires récur­rentes. L’échographie pro­sta­tique peut aus­si être réal­isée en post-opéra­toire d’une chirurgie d’adénome ou de can­cer de la prostate.

Enfin, l’échographie pro­sta­tique par voie endorec­tale est essen­tielle­ment pro­posée lorsque la prostate n’est pas analysable de façon sat­is­faisant par voie sus-pubi­enne ou lors de biop­sies pro­sta­tiques endorectales.

Avant l’examen

Avant une échogra­phie pro­sta­tique, il est recom­mandé de boire 1 litre d’eau, une heure avant. Facil­i­tant la trans­mis­sion des ultra­sons, une vessie pleine garan­tit la qual­ité de l’examen. Pensez bien enten­du à ne pas uriner avant l’examen.

Aucune autre pré­pa­ra­tion par­ti­c­ulière n’est demandée. Il n’est pas néces­saire d’être à jeun et si vous suiv­ez un traite­ment médi­cal, vous pou­vez le pren­dre tout à fait normalement.

Pensez à apporter votre pre­scrip­tion d’échographie si vous êtes un patient externe (non suivi à l’hôpital Foch), les comptes-ren­dus de vos précé­dents exa­m­ens et vos résul­tats biologiques (analy­ses de sang et/ou d’urines).

Comment se déroule une échographie prostatique ?

Pra­tiquée par un radi­o­logue en salle d’échographie (pièce peu éclairée pour faciliter l’analyses des images), l’échographie pro­sta­tique, d’une durée de quelques min­utes, peut se réalis­er soit :

  • Par voie sus-pubi­enne (voie externe) : vous serez instal­lé sur dos. Le radi­o­logue place la sonde au-dessus du pubis après avoir appliqué sur la peau un gel per­me­t­tant de faciliter la trans­mis­sion des ultrasons.
  • Par voie endorec­tale (voie interne) : cette tech­nique per­met d’obtenir une image de meilleure qual­ité, d’effectuer une analyse pré­cise et fine du vol­ume et de la struc­ture de la prostate lorsque l’analyse par voie sus-pubi­enne n’est pas sat­is­faisante. Vous serez instal­lé en posi­tion allongée, sur le côté et les jambes repliées sur la poitrine. La sonde, recou­verte d’un préser­vatif médi­cal et lubri­fiée, sera insérée par le rec­tum. L’examen, par cette voie, est très rapi­de (env­i­ron 1 minute).

Dans les deux cas, l’échographie pro­sta­tique n’étant pas douloureuse, elle ne néces­site donc pas d’anesthésie.

Après l’examen

À la suite de l’examen, le médecin pour­ra vous faire part de ses obser­va­tions mais votre compte-ren­du vous sera remis dans un sec­ond temps si vous êtes un patient externe, et trans­mis directe­ment à votre prati­cien si vous êtes suivi à l’hôpital Foch.

Vous pour­rez repren­dre vos activ­ités habituelles immé­di­ate­ment après.

POUR TOUTE QUESTION OU COMPLÉMENT D’INFORMATION, LE SERVICE RADIOLOGIE DE L’HÔPITAL FOCH EST À VOTRE ÉCOUTE : 01 46 25 25 38

Fiche d’information médicale rédigée pour l’hôpital Foch par La santé surtout avec la col­lab­o­ra­tion du Dr Guil­laume Gravel.
Dernière modification le  lundi 7 septembre 2020
Retour haut de page