URGENCE COVID-19

Plus que jamais, soutenez la recherche à l’Hôpital Foch

En faisant un don, vous par­ticipez con­crète­ment à la lutte con­tre le Covid-19. Vous aidez l’Hôpital Foch à com­bat­tre la mal­adie, pour vous, pour vos proches, ain­si que pour les nom­breux malades qui comptent sur nous.

La recherche clinique, un maillon essentiel

L’Hôpi­tal Foch qui est par­mi les plus impor­tants cen­tres de recherche médi­cale français, a redé­ployé toutes ses équipes de recherche sur le Covid-19.

Grâce à cet effort con­sid­érable, il est le pre­mier hôpi­tal français à avoir iden­ti­fié un médica­ment qui dimin­ue con­sid­érable­ment les risques de pas­sages en réan­i­ma­tion des patients atteints de forme sévère de Covid-19.

Exemples d’études en cours

Tocilizum­ab
Flacon

Vers un traite­ment pour frein­er l’emballement du sys­tème immu­ni­taire et réduire le recours à la réan­i­ma­tion.

L’é­tude prélim­i­naire com­pas­sion­nelle ini­tiée par le Dr Félix Ack­er­mann, chef du ser­vice de médecine interne, démon­tre depuis plusieurs semaines, des résul­tats extrême­ment promet­teurs quant à l’u­til­i­sa­tion du tocilizum­ab, un traite­ment immuno-mod­u­la­teur habituelle­ment employé en rhu­ma­tolo­gie.

En effet, selon les pre­mières obser­va­tions, le tocilizum­ab per­me­t­trait de frein­er l’emballement du sys­tème immu­ni­taire à l’o­rig­ine de détress­es res­pi­ra­toires aiguës et ain­si, d’éviter aux patients atteints du Covid-19 l’en­trée en réan­i­ma­tion.

Étude sur la perte du goût et de l’odor­at

Stéphane Hans est le chef de ser­vice ORL de l’Hôpi­tal Foch. Il a con­tribué à l’é­tude prélim­i­naire européenne qui a con­clu que l’anos­mie (perte de l’odor­at) et l’agueusie (perte de goût) étaient deux symp­tômes du COVID-19.

Étude COVIDEP
Covidep

Les embolies pul­monaires con­stituent l’une des formes graves de la patholo­gie Covid-19, les patients présen­tant des symp­tômes très dif­férents de ceux habituelle­ment ren­con­trés par les médecins. Aus­si l’étude COVIDEP a pour objec­tif d’évaluer le risque de sur­v­enue d’une embolie pul­monaire chez les patients testés posi­tifs au virus du Covid-19. 

 

Étude sur le Chloro­quine

L’ar­ti­cle inti­t­ulé “chloro­quine inhibits the release of inflam­ma­to­ry cytokines by human lung explants” a fait l’objet d’une pub­li­ca­tion sur le site du Jour­nal “Clin­i­cal Infec­tious Dis­eases” (Jour­nal Offi­ciel de la Société Améri­caine d’In­fec­ti­olo­gie, classé 3eme sur 89 jour­naux d’in­fec­ti­olo­gie ).

Ce tra­vail asso­cie la Pneu­molo­gie et la Chirurgie Tho­racique de l’hôpi­tal Foch avec pour auteurs : “Grassin-Delyle S, Sal­va­tor H, Brol­lo M, Catherinot E, Sage E, Coud­erc LJ, Naline E, Dev­il­li­er P”

Ce médica­ment pour­rait lim­iter le développe­ment de la réac­tion inflam­ma­toire aiguë impliquée dans les pneu­monies sévères du COVID 19. Cet effet “préven­tif” s’ex­ercerait notam­ment si ces médica­ments sont admin­istrés dès la sur­v­enue des pre­miers symp­tômes pul­monaires.

Le Vola­tol­Hom, testé pour la détec­tion du Covid19

Pen­dant des siè­cles, les médecins ont util­isé leur odor­at pour établir leur diag­nos­tic, mais cet out­il était tombé en désué­tude car jugé peu fiable. Depuis plusieurs années, il fait l’ob­jet d’un regain d’in­térêt et plusieurs expéri­men­ta­tions sci­en­tifiques ont démon­tré notam­ment que des chiens étaient capa­bles de détecter des can­cers du sein ou de la prostate via la sueur (pro­jet K‑Dog de l’In­sti­tut Curie par exem­ple).

Plusieurs équipes de recherche expéri­mentent aujour­d’hui des dis­posi­tifs s’ap­puyant sur cet out­il et se deman­dent s’il est pos­si­ble d’u­tilis­er plus large­ment les odeurs comme bio­mar­queurs diag­nos­tiques et pronos­tiques. L’hôpi­tal Foch de Suresnes teste depuis presque 2 ans un procédé qui repose sur l’analyse des com­posés organiques volatils con­tenus dans l’air expiré. Ce pro­jet, bap­tisé Vola­tol­home, a notam­ment fait l’ob­jet d’une ses­sion sur la médecine pré­dic­tive lors du con­grès de pneu­molo­gie de langue française de jan­vi­er dernier.

Le Vola­tol­Hom va désor­mais être testé pour la détec­tion du Covid19 via le souf­fle.

Étude CTScanCovid19
CTScanCovid19

L’objectif de cette étude est d’apporter des élé­ments com­plé­men­taires à par­tir d’un scan­ner tho­racique réal­isé en urgence sur des patients sus­pec­tés d’infection par le virus du Covid-19 en vue d’affiner le diag­nos­tic et d’optimiser une prise en charge rapi­de et adap­tée. 

Étude GENETCOVID
Genetcovid

Cette étude a pour objet de déter­min­er l’existence de prédis­po­si­tions géné­tiques au virus respon­s­able du Covid-19 comme cela a déjà pu être démon­tré pour d’autres virus.

De l’hypothèse à la validation…

Les 9 étapes d’un protocole de recherche

Retour haut de page