Publié le 23 décembre 2019

L’Hôpital Foch lance, une appli­ca­tion inédite en France à des­ti­na­tion de tous les pro­fes­sion­nels de san­té, Alert’AVC.

L’objectif : Suiv­re en temps réel l’arrivée d’une vic­time dans un cen­tre de soin spé­cial­isé et ain­si amélior­er l’efficacité de sa prise en charge.

Les avancées thérapeu­tiques per­me­t­tant de réduire les con­séquences graves d’un AVC ont con­sid­érable­ment évolué ces dernières années. Cepen­dant, la ques­tion du délai d’accès au traite­ment et de la coor­di­na­tion des pro­fes­sion­nels de san­té restent encore une prob­lé­ma­tique impor­tante.

« Aujourd’hui, l’AVC est une vraie urgence médi­cale pour l’ensemble des pro­fes­sion­nels de san­té : chaque demi-heure per­due représente 15% de chance de récupéra­tion en moins pour la vic­time. Par­tant de ce con­stat, l’Hôpital Foch a décidé d’initier le développe­ment d’une appli­ca­tion sur mesure afin de faciliter la coor­di­na­tion des équipes de san­té, qui regroupent entre 10 et 15 pro­fes­sion­nels, et ain­si per­me­t­tre une réduc­tion des délais de diag­nos­tic et de prise en charge des patients. Cette con­nais­sance pré­cise de l’arrivée des vic­times dans un cen­tre de soins spé­cial­isé est fon­da­men­tale : elle déter­mine l’efficacité des nom­breuses avancées thérapeu­tiques actuelles. » explique Bertrand Laper­gue, neu­ro­logue à l’Hôpital Foch et coor­di­na­teur sci­en­tifique du pro­jet.

Alert’AVC : une appli­ca­tion de géolo­cal­i­sa­tion à des­ti­na­tion des pro­fes­sion­nels de san­té

Deux lignes de traite­ments exis­tent actuelle­ment en France afin de réduire les con­séquences graves d’un AVC : le traite­ment chim­ique (la throm­bol­yse) et la thrombec­tomie. Deux avancées thérapeu­tiques majeures qui néces­si­tent une prise en charge extrême­ment rapi­de de la vic­time et la coor­di­na­tion de près de 15 pro­fes­sion­nels de san­té : Samu, pom­piers, infir­mières, neu­ro­logues, radio-neu­ro­logues, anesthé­siste, chirurgiens …

Cette coor­di­na­tion entre les moyens de trans­port de la vic­time et le cen­tre de soins spé­cial­isé est un aspect majeur de cette urgence médi­cale et aucun out­il en France ne per­me­t­tait de créer une réelle syn­chro­ni­sa­tion entre les équipes.

L’Hôpital Foch a donc développé une application inédite en France basée sur un principe de géolocalisation : l’application Alert’AVC.

Cette appli­ca­tion per­met aux équipes médi­cales d’avoir accès en temps réel aux délais d’arrivée de la vic­time dans le cen­tre de soins spé­cial­isés le plus proche, une fois le pro­to­cole d’urgence lancé.

Télécharge­able via IOS ou Androïd, cet out­il néces­site une authen­tifi­ca­tion pré­cise des pro­fes­sion­nels de san­té sur l’application, lim­i­tant ain­si tout risque d’abus.

Alert’AVC a fait l’objet de 12 mois de développe­ment, coor­don­né par deux médecins – Doc­teur Bertrand Laper­gue, neu­ro­logue au sein de l’Hôpital Foch et Doc­teur Car­o­line Arquizan, neu­ro­logue vas­cu­laire au sein du CHU de Mont­pel­li­er – ain­si que deux per­son­nes extérieures à l’hôpital – Mon­sieur Karl Cosse, développeur, et Madame Emi­lie Besnard, coor­di­na­trice de pro­jet.

Quelques chiffres :

Les accidents vasculaires-cérébraux : une urgence médicale absolue en France !

Chaque 4 min­utes en France, 1 per­son­ne est touchée par un AVC. Les AVC représen­tent ain­si la pre­mière cause de hand­i­cap acquis chez l’adulte, ain­si que la pre­mière cause de mor­tal­ité des femmes en France.

¼ des per­son­nes vic­times d’un AVC en décè­dent, la moitié survit avec des hand­i­caps plus ou moins sévères.

Chaque demi-heure per­due représente 15% de chance de récupéra­tion en moins pour la vic­time.

Lorsqu’un AVC se pro­duit, 2 mil­lions de neu­rones sont détru­its chaque minute.

Retour haut de page