Publié le 26 mai 2021

Le ser­vice de psy­chi­a­trie existe depuis 1950. Il offre 14 lits d’hospitalisation, unique­ment en cham­bre libre et en soins libres. La durée moyenne de séjour est de 3 semaines. Ce ser­vice est médi­cal­isé. Il n’y a pas de garde de nuit.

Quel est le domaine d’expertise

L’activité prin­ci­pale du ser­vice est la sui­ci­dolo­gie, accueil­lant des patients sui­ci­dants (idée sui­cidaire ou ten­ta­tive de sui­cide), mais égale­ment des patients présen­tant des trou­bles de l’humeur et/ou de la per­son­nal­ité. Les patients sont essen­tielle­ment admis via le SAU de Foch mais aus­si adressés par des psy­chi­a­tres ou des médecins généralistes. 

Ain­si, les patients sont hos­pi­tal­isés pour des séjours courts d’évaluation, de réadap­ta­tion thérapeu­tique et d’orientation. Actuelle­ment, la crise san­i­taire et les con­fine­ments suc­ces­sifs font « décom­penser » de plus en plus de patients, n’ayant aucun antécé­dent psy­chi­a­trique. Le ser­vice de Foch représente une alter­na­tive à l’hôpital psy­chi­a­trique avec des con­di­tions d’hospitalisation beau­coup moins strictes (ser­vice fer­mé, patients présen­tant des patholo­gies lour­des…). En out­re, les frais d’hospitalisation sont pris en charge par les com­plé­men­taires (mutuelles) et les séjours dans le ser­vice représen­tent donc une alter­na­tive aux clin­iques psy­chi­a­triques des envi­rons aux tar­ifs élevés. 

Les psy­chi­a­tres du ser­vice assurent égale­ment des con­sul­ta­tions de liai­son psy­chi­a­trique dans l’ensemble des ser­vices MCO de l’hôpital. En out­re, cette activ­ité trans­ver­sale est com­plétée par des  con­sul­ta­tions  spé­cial­isées en psy­chi­a­trie : pour la chirurgie baria­trique, la trans­plan­ta­tion pul­monaire, la stim­u­la­tion cérébrale pro­fonde (mal­adie de Parkin­son) la stim­u­la­tion médul­laire (douleurs chroniques), ou encore plus récem­ment par l’évaluation des femmes en vue d’une greffe utérine.

Enfin, le Cen­tre Médi­co-Chirur­gi­cal de la Tran­si­d­en­tité (CMCT) créé en mars 2021 à Foch prend en charge sur le plan psy­chi­a­trique, endocrinologique et chirur­gi­cal les patients atteints de dys­pho­rie de genre (ou tran­si­d­en­tité).  

La col­lab­o­ra­tion avec les médecins de ville

Les con­sul­ta­tions sont réservées aux patients pris en charge à Foch par d’autres ser­vices. L’hôpital tra­vaille sur un pro­jet de créa­tion d’un poste « d’infirmière de coor­di­na­tion » pour flu­id­i­fi­er les rela­tions avec le SAU, les hôpi­taux et les médecins général­istes. Le ser­vice est en lien étroit avec les CMP des villes alen­tours (Suresnes, Puteaux, Rueil, Nan­terre…) et avec les médecins trai­tants pour assur­er le suivi des patients en ville après leur hos­pi­tal­i­sa­tion. En out­re, les psy­chi­a­tres du ser­vice peu­vent don­ner des avis par télé­phone aux médecins trai­tants pour la prise en charge de leurs patients et si besoin, les exam­in­er au SAU (présence d’un psy­chi­a­tre du lun­di au ven­dre­di de 9 h à 18 h). En effet, en rai­son  de la pénurie nationale de psy­chi­a­tres, qui n’épargne par le départe­ment des hauts de Seine, les délais de ren­dez-vous en ville ou dans les CMP sont sou­vent très longs. Ain­si, pour des patholo­gies thymiques d’intensité mod­érée, la prise en charge par le médecin trai­tant est priv­ilégiée, et sou­vent appré­ciée par les patients eux-mêmes.

Notre pro­jet en développe­ment : la préven­tion du sui­cide, un des grands thèmes des objec­tifs gou­verne­men­taux détail­lés dans « Ma san­té 2022 ».

 Notre objec­tif est donc de ren­forcer la prise en charge des patients dits « sui­ci­dants » en dévelop­pant notre pôle d’expertise dans ce domaine. Dans ce con­texte,  nous espérons nous associ­er au dis­posi­tif « Vig­i­lanS » qui  a pour objec­tif de dimin­uer le nom­bre de sui­cides et de récidives sui­cidaires, dis­posi­tif basé sur le main­tien des con­tacts avec les patients sui­ci­dants en recon­tac­tant  les patients (via des envois de cartes postales ou des appels télé­phoniques par les pro­fes­sion­nels des ser­vices de psychiatrie). 

Nous tra­vail­lons égale­ment sur la déstig­ma­ti­sa­tion de notre spé­cial­ité, une autre pri­or­ité ministérielle.

Un mot sur la pandémie de covid et la psychiatrie

Dans notre ser­vice à Foch, nous avons con­staté depuis le début de la pandémie une nette aug­men­ta­tion des hos­pi­tal­i­sa­tions de jeunes patients (entre 15 et 20 ans), avec des décom­pen­sa­tions dépres­sives, des ten­ta­tives de sui­cide, des trou­bles du comportement…

En out­re, le con­fine­ment (manque d’espace, école à la mai­son, télé­tra­vail…) a provo­qué une aug­men­ta­tion des con­flits con­ju­gaux, des addic­tions (cannabis, alcool) et des décom­pen­sa­tions psy­chi­a­triques chez des patients n’ayant jamais présen­té de trou­bles psy­chi­a­triques antérieurs.

Pour nous joindre :

Pour un avis : 01 46 25 23 61 ou 01 46 25 27 92

Le ser­vice se com­pose de 3 médecins temps plein, 1 médecin temps par­tiel,  2 secré­taires, de 1 assis­tante sociale et de 5 infirmières

  • Dr Gardel
  • Dr Saint-Mau­rice
  • Dr Reyal
  • Dr Cordier
Retour haut de page