L’apparition soudaine d’une perte de goût et/ou d’odorat permet-elle de poser le diagnostic du Covid-19 même en l’absence d’autres symptômes ?

Publié le 13 mai 2020

COVID-19

L’apparition soudaine d’une perte de goût et/ou d’odorat permet-elle de poser le diagnostic du Covid-19
même en l’absence d’autres symptômes ?

HANS-1.png

Professeur Stéphane HANS
______

Chef du ser­vice ORL de l’Hôpi­tal Foch

Depuis le début de la pandémie, de nom­breux spé­cial­istes ORL (nez, gorge et oreilles) et infec­ti­o­logues européens ont observé que les patients infec­tés par le coro­n­avirus (COVID-19) présen­taient des trou­bles de l’odorat (à savoir la capac­ité de sen­tir les odeurs) et du goût.

Ces symp­tômes d’anosmie (perte par­tielle ou totale de l’odorat) et de dys­gueusie (perte par­tielle ou totale du goût) ont été retrou­vés chez un grand nom­bre de patients infec­tés en Alle­magne, France, Ital­ie, Espagne, Angleterre et aux USA. Rai­son pour laque­lle, un groupe de spé­cial­istes ORL de l’IFOS (la fédéra­tion inter­na­tionale des sociétés d’ORL) a réal­isé plusieurs études prospec­tives européennes sur les symp­tômes ORL (notam­ment l’anosmie) chez des patients infec­tés par le COVID-19 (l’infection étant prou­vée par un test PCR).

Deux études épidémi­ologiques (1, 2) coor­don­nées par le doc­teur Jérôme Lechien du ser­vice ORL de l’hôpital Foch et par le Pr Sven Saussez, ORL et chercheur à l’université de Mons en Bel­gique ont été pub­liées, la pre­mière dans Eur Arch Otorhi­no­laryn­gol et la sec­onde dans Inter­nal Med­i­cine Jour­nal.

La pre­mière étude (1) sur 417 patients présen­tant une forme non-sévère d’infection à COVID-19 (infec­tion prou­vée par un test PCR) a mon­tré que 86% des patients infec­tés ont présen­té des trou­bles par­tiels ou com­plets de l’odorat et 88% des trou­bles par­tiels ou com­plets du goût.

Ces trou­bles de l’odorat survi­en­nent soit avant l’apparition des symp­tômes, généraux et ORL, (dans 12% des cas), soit pen­dant (65% des cas) ou soit après (23% des cas).

Selon nous, une anos­mie et/ou dys­gueusie sur­v­enue au cours des dernières semaines (après le 1er mars 2020) chez des patients ne présen­tant aucun antécé­dent ORL (sinusite chronique, polypes nasaux, chirurgie nasale ou sinusale) ou neu­rologique (trau­ma­tisme crânien, mal­adie d’Alzheimer, Parkin­son…) doit être con­sid­érée comme un symp­tôme spé­ci­fique de l’infection à COVID-19 même en l’absence d’autre symptôme.

À ce titre, il faut sig­naler que l’OMS (Organ­i­sa­tion Mon­di­ale de la San­té) vient récem­ment de recon­naître l’anosmie comme un symp­tôme clé de l’infection COVID-19.

  1. Lechien JR et al. Olfac­to­ry and Gus­ta­to­ry Dys­func­tions as a Clin­i­cal Pre­sen­ta­tion of Mild to Mod­er­ate forms of the Coro­n­avirus Dis­ease (COVID-19): A Mul­ti­cen­ter Euro­pean Study. Eur Arch Otorhi­no­laryn­gol. 2020 Apr 6. doi: 10.1007/s00405-020–05965‑1.
  2. Lechien JR et al. Clin­i­cal and Epi­demi­o­log­i­cal Char­ac­ter­is­tics of 1,420 Euro­pean Patients with mild-to-mod­er­ate Coro­n­avirus Dis­ease 2019. J Intern Med. 2020 Apr 30. doi: 10.1111/joim.13089.

Vous pou­vez con­tac­ter le ser­vice ORL par mail : 
rdv.chir.orl@hopital-foch.com

À voir aussi

Rechercher
Generic filters
Exact matches only