Rechercher

LA COLOSCOPIE

 

Technique diagnostique et thérapeutique de référence, la coloscopie permet de dépister, traiter et suivre différentes pathologies du côlon. Cet examen est indiqué notamment en cas de modification récente du transit, douleurs abdominales inexpliquées ou sang dans les selles.

 

Les principaux diagnostics recherchés sont l'adénome (type de polype qui peut dégénérer), le cancer, l'inflammation ou les infections coliques.  La coloscopie est aussi systématiquement prescrite en cas de mise en évidence de sang occulte (invisible à l'œil nu) dans les selles lors du test de dépistage du cancer colorectal proposé tous les 2 ans aux personnes de 50 à 74 ans.

BIEN S'Y PRÉPARER

 

LA QUALITÉ DE L'EXAMEN DÉPEND DE LA QUALITÉ DE LA PRÉPARATION

 

La coloscopie nécessite une préparation soigneuse de votre intestin. En effet, pour assurer le bon déroulement de l'examen, et son efficacité, votre côlon doit être parfaitement propre et débarrassé de toute matière fécale. Une préparation insuffisante peut conduire à une reprogrammation de l'examen ou à l'obligation de le renouveler.

ÉTAPES INDISPENSABLES

 

Une dizaine de jours avant la coloscopie : Foch pour le check-up de votre cœur suivi de la consultation avec l'anesthésiste. Une infirmière de l'unité préopératoire vous expliquera ensuite le déroulement de l'examen et répondra à toutes vos questions.

 

Avant le rendez-vous avec l'anesthésiste : pensez à remplir le questionnaire fourni en précisant tous les médicaments que vous prenez. Le médecin anesthésiste pourra éventuellement vous faire arrêter certains d'entre eux pour le bon déroulement de l'examen (antihypertenseurs, antidiabétiques, modificateurs de la coagulation du sang) .

 

3 jours avant la coloscopie : démarrez un régime « sans résidus » en suivant la fiche alimentaire fournie par votre gastro-entérologue (sans fruits et légumes, céréales complètes, pain blanc, graisses cuites ... ) .

 

La veille au soir ou le matin de la coloscopie (selon l'horaire de l'examen) : buvez la préparation colique achetée préalablement en pharmacie. Cette purge provoquera une diarrhée qui vidangera votre côlon. Il est vivement conseillé de rester à proximité des toilettes !

 

6 heures avant : arrêtez le tabac, toute nourriture et boisson excepté les liquides clairs (eau, thé, café) que vous pouvez consommer jusqu'à 2 heures avant l'examen. Passé ce délai, rien ne doit être absorbé, pas même la préparation colique.

 

> Attention aux médicaments qui fluidifient le sang : si vous êtes sous anticoagulants ou antiagrégants plaquettaires, il est indispensable d'en informer l'anesthésiste et le gastro-entérologue. Certains traitements seront interrompus, éventuellement remplacés transitoirement par d'autres. Ces précautions et les modalités de reprise de votre traitement initial vous seront précisées par l'équipe médicale. 

Une inflammation récente de vos diverticules (diverticulite de moins de 6 semaines) est une contre-indication à la coloscopie. Il sera également tenu compte de vos contre-indications à l'anesthésie générale.

AVANT L'EXAMEN

 

D'une durée moyenne de 20 minutes, la coloscopie est pratiquée, sous anesthésie générale de courte durée, par le gastro-entérologue en ambulatoire. Toutefois, dans certains cas, une hospitalisation est nécessaire, si le geste thérapeutique est à risque hémorragique ou à la demande de l'anesthésiste (notamment lorsque le patient est âgé ou si son état de santé est fragile).

 

En arrivant en salle d'endoscopie, l'anesthésiste vous perfuse afin de vous injecter le produit anesthésiant. Vous vous endormez très rapidement en restant sous sa surveillance pendant toute la durée de l'examen. Pendant l'examen, vous êtes allongé sur le dos ou sur le côté gauche et recouvert d'un drap. Le gastro-entérologue introduit délicatement le coloscope dans votre anus préalablement lubrifié.

 

Le coloscope est un tube souple de diamètre muni d'une source lumineuse et d'un système optique couplé à une caméra permettant de visualiser sur un écran une image en très haute définition. De l'air (ou du C02) est insufflé au cours de l'examen pour déplisser votre côlon, ce qui permet de bien l'examiner.

 

Au travers de petits canaux intégrés à l'appareil, il est possible d'utiliser différents types d'instruments pour nettoyer, prélever, retirer des lésions, arrêter des saignements et même refermer une perforation. Les progrès techniques de ces dernières années permettent de réaliser des traitements autrefois impossibles tout en limitant le risque de complication. Si un ou des polypes sont retirés, ils seront analysés au microscope pour déterminer leur nature.

Des complications telles qu'une hémorragie ou une perforation (0,3% des cas) peuvent arriver au cours de l'examen.
Elles sont, le plus souvent, contrôlées sans difficulté. Très exceptionnellement, en rapport avec le retrait de polypes, des complications peuvent survenir les jours qui suivent la coloscopie.

APRÈS L’EXAMEN

 

Lorsque l'examen est terminé, vous serez conduit en salle de réveil puis en salle d'aptitude où une collation vous sera servie. Vous pourrez ressentir des effets indésirables passagers, tels que crampes abdominales, flatulences et ballonnements. Cela est normal et s'estompe en quelques heures.

 

Votre gastro-entérologue vous expliquera comment s'est passée votre intervention et si des polypes ont été retirés. Il vous indiquera si une nouvelle coloscopie est nécessaire et, le cas échéant, dans quel délai.

 

Le compte-rendu de votre examen vous sera remis le jour même ou directement envoyé à votre domicile. En cas de retrait de polypes, les résultats de leur analyse seront adressés à votre médecin traitant.

 

En raison de l'anesthésie générale, vous ne devez pas conduire à votre sortie. Vous devrez vous faire raccompagner par un proche et rester sous sa surveillance pendant une nuit. Ce sera l'occasion de vous retrouver autour d'un bon dîner, car vous pourrez reprendre votre alimentation habituelle le soir même. Évitez tout de même les repas copieux, l'alcool et le tabac pendant 24 heures.

En cas de douleurs importantes, de fièvre, de malaise, de blocage des selles et des gaz ou de saignement abondant par l'anus, contactez :
Le service d'endoscopie digestive
(la semaine de 8h45 à 16h45) : 01 46 25 21 02
L'anesthésiste de garde : 01 46 25 22 36
Le service des urgences : 01 46 25 20 29

Rédaction : La santé surtout ! pour l'hôpital Foch, en collaboration avec le Dr Catherine Nizou (Chef du service d'endoscopie digestive) et le Dr Camille Cornet (anesthésiste).
Sources : HAS, Société Nationale Française de Gastro-Entérologie, Société Française d'Endoscopie Digestive.