Présentation du passe sanitaire obligatoire pour tout accès à l’hôpital (hors urgences)

Docteur Juliette Pinot, médecin généraliste à Suresnes

Publié le 29 juin 2021

Entre­tien avec le doc­teur Juli­ette Pinot, médecin général­iste et prési­dente de la CPTS de Suresnes, elle fait le point sur les dif­férents pro­jets et les actions de l’association en cours.

Pou­vez-vous don­ner la déf­i­ni­tion d’une CPTS (Com­mu­nauté Pro­fes­sion­nelle Ter­ri­to­ri­ale de Santé) ?

Doc­teur Juli­ette Pinot : Une CPTS est une asso­ci­a­tion qui réu­nit les dif­férents acteurs du soin sur un ter­ri­toire. Elle est com­posée des pro­fes­sion­nels de san­té de pre­mier et sec­ond recours instal­lés sur le ter­ri­toire (médecins général­istes, médecins spé­cial­istes, infir­miers, kinésithérapeutes, phar­ma­ciens etc…) de représen­tants de l’Hôpital Foch, des pro­fes­sion­nels du secteur médi­co-social et social, avec notam­ment les ser­vices de la mairie et les usagers.

Ces acteurs tra­vail­lent ensem­ble pour met­tre en place un pro­jet de san­té avec des propo­si­tions d’actions pri­or­i­taires. L’objectif général est d’améliorer la santé/le par­cours de soins des usagers. Les pro­fes­sion­nels qui souhait­ent rejoin­dre le pro­jet sont les bien­venus et peu­vent adhér­er à l’association.

Chaque ter­ri­toire va définir des actions qui lui sont pro­pres et issues des prob­lé­ma­tiques du terrain. 

Le pro­jet de san­té des CPTS repose sur les axes pri­or­i­taires qui sont adap­tés en fonc­tion du territoire :

  • favoris­er l’accès au soin (notam­ment facil­ité l’accès à un médecin traitant)
  • amélior­er la prise en charge des soins non-pro­gram­mé en ville
  • organiser/coordonner  les par­cours de soins
  • dévelop­per des actions sur la prévention

Ce dis­posi­tif a pour but de men­er les acteurs du ter­ri­toire à tra­vailler ensem­ble pour pro­pos­er aux usagers des solu­tions inno­vantes et amélior­er leur prise en charge.

Quel est le pro­jet de san­té, quels sont les enjeux et les actions con­crètes qui en découlent ?

Doc­teur Juli­ette Pinot : La pre­mière étape a été de créer cette asso­ci­a­tion avec des pro­fes­sion­nels adhérents, un con­seil d’administration et un bureau. Ensuite, nous avons écrit un pro­jet de san­té, en réfléchissant à ce qui est essen­tiel à dévelop­per dans le domaine de la san­té sur le ter­ri­toire de Suresnes.

Les axes d’interventions mis en place à Suresnes :

  1. dévelop­per la coor­di­na­tion entre les pro­fes­sion­nels du ter­ri­toire : la CPTS a pour but de pro­mou­voir les dis­posi­tifs de coor­di­na­tions exis­tants sur le ter­ri­toire ou d’en créer des nou­veaux.  L’objectif étant entre autre de favoris­er les échanges, d’améliorer les pris­es en charge et le par­cours patient.
  2. faciliter l’accès aux soins et aux pro­fes­sion­nels de san­té sur le ter­ri­toire : organ­is­er la prise en charge des soins non-pro­gram­més, ren­dre notre ter­ri­toire attrac­t­if et favoris­er les installations.
  3. faciliter les par­cours de soin iden­ti­fiés comme pri­or­i­taires : par exem­ple le par­cours de soins des per­son­nes en sit­u­a­tion de hand­i­cap, ou  dévelop­per des pro­to­coles pour répon­dre aux besoins de soins en orthophonie.
  4. préven­tions coor­don­nées sur des thé­ma­tiques iden­ti­fiées comme pri­or­i­taires : la CPTS per­met de réalis­er des actions locales sur des enjeux de san­té pub­lic comme la vac­ci­na­tion con­tre le covid, la san­té men­tale, l’hygiène de vie (dévelop­per la pra­tique de l’exercice physique), ou autres actions pour encour­ager l’arrêt du tabac et la diminu­tion de la con­som­ma­tion d’alcool.

Les enjeux : Avec le temps, notre sys­tème de san­té a subi des trans­for­ma­tions, la pop­u­la­tion est vieil­lis­sante et présente de plus en plus de patholo­gies chroniques et en par­al­lèle les durées d’hospitalisation se rac­cour­cis­sent. Cette évo­lu­tion souligne un des enjeux de la CPTS : com­ment s’organiser en ville pour pren­dre en charge des patients de plus en plus lourds suite à des durées d’hospitalisation réduites ?

« La CPTS est née de ce virage ambu­la­toire qui n’est pas encore com­pléte­ment pris ». 

Le pro­jet de la CPTS va amélior­er sur le ter­ri­toire, l’offre de soin et le ser­vice ren­du aux patients : « c’est le patient qui doit être au cœur de notre sys­tème de santé ».

Où en sommes-nous dans la mise en place de la CPTS ?

Doc­teur Juli­ette Pinot : Nous avons com­mencé l’élaboration de l’association en juin 2019. La péri­ode de pandémie a en même temps accéléré et ralen­ti cer­tains proces­sus de construction.

Le Covid a facil­ité plusieurs actions : le suivi des patients Covid en post urgence qui n’utilise pas l’application « Covidom », l’écriture d’une newslet­ter qui rassem­blait les infor­ma­tions locales (dépistage et vac­ci­na­tion) dif­fusées auprès des pro­fes­sion­nels du secteur.

Aujourd’hui, l’ARS a validé le con­tenu du pro­jet de san­té élaboré par l’ensemble des acteurs de la CPTS. Actuelle­ment, nous sommes en phase de con­trac­tu­al­i­sa­tion avec la CPAM. Les actions du pro­jet de san­té seront traduites en indi­ca­teurs clés sur la base desquels une par­tie des finance­ments seront attribués.

En sep­tem­bre la CPTS aura son bud­get pro­pre et nous espérons avoir recruté un(e) coor­di­na­teur (trice) pour met­tre en œuvre le pro­jet de santé.

Sur quelles thé­ma­tiques la CPTS peut-être un atout pour les médecins général­istes et les autres professionnels ?

Doc­teur Juli­ette Pinot : La CPTS est une organ­i­sa­tion de soins sur un ter­ri­toire. L’objectif des pro­fes­sion­nels est d’apporter les meilleurs soins. En amélio­rant le par­cours de soins des patients, la CPTS va les aider dans la prise en charge de leurs patients.

Quo­ti­di­en­nement, nous refu­sons des patients qui recherchent des médecins trai­tants, ce n’est pas sat­is­faisant de refuser. la CPTS va pou­voir ren­dre le ter­ri­toire plus attrac­t­if en favorisant l’installation de nou­veaux pro­fes­sion­nels ce qui va peut-être per­me­t­tre de répon­dre à cette demande des patients à laque­lle aujourd’hui nous ne répon­dons pas. 

La CPTS peut per­me­t­tre aus­si d’organiser l’accès aux soins non pro­gram­més et pro­pos­er une con­ti­nu­ité des soins. On peut imag­in­er que  la CPTS nous aide à s’organiser  col­lec­tive­ment pour aider les patients pen­dant la prise des con­gés de leurs pro­fes­sion­nels habituels.

Face à un patient poly-pathologique avec une prise en charge lourde, les par­cours de soins défi­nis pour­ront être d’une grande aide.

« A par­tir du moment où nous arrivons à amélior­er la prise en charge des patients notre méti­er est satisfaisant ».